Justice et Paix

" Je suis homme, l'injustice envers d'autres hommes révolte mon coeur. Je suis homme, l'oppression indigne ma nature. Je suis homme, les cruautés contre un si grand nombre de mes semblables ne m'inspirent que de l'horreur. Je suis homme et ce que je voudrais que l'on fit pour me rendre la liberté, l'honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de ces peuples l'honneur, la liberté, la dignité. " (Cardinal Lavigerie, Conférence sur l'esclavage africain, Rome, église du Gesù)

 

NOS ENGAGEMENTS POUR LA JUSTICE T LA PAIX
S'EXPRIMENT DE DIFFÉRENTES MANIÈRES :

En vivant proches des pauvres, partageant leur vie.
Dans les lieux de fractures sociales où la dignité n'est pas respectée.
Dans les communautés de base où chaque personne est responsable et travaille pour le bien commun.
Dans les forums internationaux pour que les décisions prises ne laissent personne en marge.

Dans cette rubrique, nous aborderons différents engagements des Missionnaires d'Afrique, en particulier notre présence auprès des enfants de la rue à Ouagadougou et la défense du monde paysan.

 

Pour le directeur de Caritas Afrique, le continent doit “se réveiller” | Vatican News

 

En marge de la 18e assemblée plénière du SECAM (symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar), le président de Caritas Afrique a appelé à un réveil du continent. Pour lui, la pauvreté procède de mauvais choix opérés par des leaders corrompus.

Mgr Gilbert Justice Yaw Anokye, archevêque de Kumasi au Ghana ne mâche pas ses mots: «nous avons porté au pouvoir des leaders corrompus, en suivant des critères tribaux, par peur ou pour obtenir des faveurs», assène-t-il. «Nous avons choisi des leaders qui n’ont pas aidé l’Afrique depuis l’indépendance. Nous avons eu de bons dirigeants qui ont été chassés du pouvoir par des coups d’État, ourdis par des personnes ou des puissances obéissant à des intérêts propres». Et d’établir un parallèle avec plusieurs pays asiatiques, comme Singapour et la Malaisie, qui ont pu sortir de la pauvreté, grâce aux «bons gouvernants» qu’ils se sont choisis.

Lire la suite : Pour le directeur de Caritas Afrique, le continent doit “se réveiller” – Vatican News, 10.08.19.

États-Unis: l’inquiétude des Églises face au piège
du nationalisme chrétien| Vatican News

 

Face aux violences liées au phénomène du suprémacisme blanc, parfois associé à une revendication de l’identité chrétienne, plusieurs Églises réagissent pour dénoncer une distorsion du message chrétien.

En quelques jours, une lettre de condamnation du nationalisme chrétien, rédigée par le Comité baptiste pour la liberté religieuse, a recueilli plus de 9000 signatures. Des leaders religieux appartenant à différentes dénominations chrétiennes se sont associés à ce texte : luthériens, épiscopaliens, presbytériens, ainsi que le réseau catholique pour la doctrine sociale. Le groupe définit le nationalisme chrétien comme «une menace persistante, tant pour nos communautés religieuses que pour notre démocratie», car il «cherche à unir les identités chrétiennes et américaines, en distordant autant la foi chrétienne que la démocratie constitutionnelle américaine».

Lire la suite:
États-Unis: l’inquiétude des Églises face au piège du nationalisme chrétien – Vatican News, 09.08.09.

Niger : inquiets pour leur avenir, les employés d’Orange en grève

| Par Jeune Afrique avec AFP

Les employés d'Orange au Niger ont entamé mardi 20 août une grève de deux jours. Objectif : obtenir des négociations salariales et débattre de l'avenir de la filiale nigérienne de l'entreprise française, en négociation avec des actionnaires minoritaires d'Orange Niger concernant sa cession.

« Nous avons lancé ce (mardi) matin une grève de deux jours qui est largement suivie sur l’ensemble du territoire », a affirmé Ali Hachimou, délégué du personnel d’Orange Niger. Selon lui, 388 des quelque 530 salariés d’Orange Niger ont rejoint le mouvement social.

Les communications sur le réseau Orange « ne sont pas encore paralysées », mais « si nous n’avons pas satisfaction, nous reconduirons la grève », a-t-il prévenu.

Les grévistes réclament « la reprise des négociations » sur « la révision d’un accord salarial », entamées avant la fermeture, en novembre 2018, de la société par le fisc nigérien pour « non-paiement d’impôt », a expliqué Ali Hachimou.

Ces négociations n’ont pas pu reprendre après la réouverture de la société en raison d’un « règlement préventif  » de la direction, suspendant pour cinq mois « toute action sur les finances de l’entreprise », a-t-il expliqué.

Négociations avec des actionnaires minoritaires

« Orange Niger fait face à des difficultés financières importantes du fait de conditions de marché difficiles », a réagi Nathalie Chevrier, attachée de presse d’Orange à Paris.

Lancée en 2008, Orange Niger compte 2,4 millions de clients pour plus de 52 000 emplois directs et indirects au Niger, selon sa direction.

Les grévistes veulent également que leurs emplois soient préservés dans le cadre d’un éventuel contrat entre Orange et un repreneur. « Orange Niger a décidé de vendre des actifs (…), nous avons appris que 120 emplois seulement seraient maintenus par le nouveau repreneur après deux ans » de gestion, a ajouté Ali Hachimou.

Selon le site d’informations exclusives,  Jeune Afrique Business+, c’est avec ses actionnaires minoritaires qu’Orange négocie la cession de sa filiale au Niger, et non plus avec Telecel, contrôlé par Niel Finance and Services, auparavant pressenti. L’homme d’affaire nigérien Mohamed Rissa et le Malien Moctar Thiam viennent en effet d’exercer leur droit de préemption, selon nos informations. Orange, dont la direction financière gère le dossier en direct, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Redressement fiscal

Le groupe a seulement indiqué qu’il privilégie « la recherche d’un partenaire capable d’accompagner le redressement et le développement de l’entreprise », a expliqué à l’AFP Nathalie Chevrier. « Dans tous les cas, Orange Niger a fait de la préservation des emplois, une condition essentielle à la reprise de ses activités », a-t-elle assuré.

En novembre 2018, le fisc nigérien avait fermé pendant 40 jours les locaux d’Orange Niger à Niamey pour « non-paiement d’impôt ». La filiale nigérienne d’Orange avait qualifié de « contestable » cette fermeture, consécutive à un redressement fiscal de 22 milliards de francs CFA (33 millions d’euros) qui représentait « près de 50% (de son) chiffre d’affaires ».

Orange Niger avait d’ailleurs prévenu que « la continuité de l’entreprise » était « gravement menacée par ces décisions unilatérales et disproportionnées ».

Guinée: débat rouvert sur la dépénalisation des délits de presse

Manifestation de journalistes le 2 avril 2019 à Conakry, pour demander la libération de Lansana Camara, directeur du site d'information Conakrylive.info.
© CELLOU BINANI / AFP

Deux jours après la convocation de Souleymane Diallo par la police judiciaire, le débat sur la dépénalisation des délits de presse est relancé en Guinée. À la sortie de son audition, l'administrateur de la radio Lynx FM a été placé sous contrôle judiciaire. Il est poursuivi notamment pour diffusion de données de nature à troubler la sécurité publique par le biais d'un système informatique. Ici, la plainte déposée s'appuie sur la loi sur la cybersécurité et non sur la loi sur la presse, adoptée en 2010.

Depuis 2010, c'est la première fois que le doyen de la presse privée, Souleymane Diallo, est placé sous contrôle judiciaire. Mais ce n'est pas la première fois qu'un journaliste est poursuivi sur les bases de la loi sur la cybersécurité.

Une loi qui étouffe le métier de journaliste, estime Sanou Kerfalla Cissé. Le président de l'Urtelgui, l'Union des télévisions et des radios libres de Guinée, rappelle qu'il y a neuf ans, une loi organique a été adoptée. Elle dépénalise les délits de presse mais elle n'est pas appliquée.

« Le journaliste n’a pas sa place dans des gendarmeries, insiste Sanou Kerfalla Cissé. Le journaliste n’a pas sa place chez un officier de police judiciaire. Quand il y a délit de presse, ils veulent tout simplement museler la presse. »

Il n'y a aucune tentative d'intimidation des journalistes par les autorités, répond Amara Somparé, le ministre de la Communication.

« La mise sous contrôle judiciaire n’est pas une sanction, à ma connaissance, estime le ministre. La liberté de la presse est un principe sacro-saint. Cela n’a jamais été remis en question par quelque procédure que ce soit. Que ce soit la loi sur la liberté de la presse ou la loi sur la cybercriminalité, on fixe des droits et des devoirs pour les citoyens et pour les professionnels des médias. »

Dans son rapport de 2017, Amnesty international rappelait que selon les termes de la loi sur la cybersécurité, la divulgation de certaines données « est assimilable aux crimes de trahison ou d’espionnage, des infractions passibles de peines de réclusion à perpétuité ».

À lire aussi : RSF s'inquiète pour la liberté de la presse en Afrique

La police veut démanteler le Mouvement islamique du Nigeria

Manifestation pour la libération d'Ibrahim Zakzaki, chef du Mouvement islamique du Nigeria (MIN) à Abuja, le 10 juillet 2019.
© Kola SULAIMON / AFP

Les tensions restent vives entre Abuja et le Mouvement islamique du Nigeria (MIN). Le parti est toujours considéré comme une organisation terroriste. Les forces de l’ordre continuent de poursuivre les membres du MIN responsables d’actes de violence lors de manifestations.

Deux bulletins officiels affichent le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) comme terroriste depuis près de trois semaines. Selon les autorités nigérianes, le MIN appelle à une République islamique et ne respecte pas la Constitution nigériane.

En plus, pour Abuja, l'organisation chiite est responsable d'actes de violence dans une manifestation fin juillet. Cet événement avait été marqué par la mort d'un officier de police et d'un journaliste.

Les rassemblements, réunions, processions lancés au nom du Mouvement islamique du Nigeria sont formellement interdits. Alors que le MIN a fait appel de cette mise au ban, la police nigériane compte strictement appliquer la loi et le démanteler.

►À lire aussi : Qu'est-ce que le Mouvement islamique du Nigeria ?

Les membres du MIN ont rejoint la liste des ennemis publics du Nigeria. Et de fait, tout policier nigérian a pour mission prioritaire de les neutraliser. Pour l'officier supérieur Frank Mba, porte-parole des forces de police du Nigeria, la loi nigériane n’est pas plus sévère qu’ailleurs :

« Le MIN a une organisation paramilitaire appelée “les Hurras”. Ils sont connus pour avoir mené des attaques contre des symboles de l'autorité de l'État fédéral. Ils s'en sont pris à des individus. Nos lois ne sont pas différentes de celles d'autres pays. Partout où nous les verrons, nous les poursuivrons dans le cadre des lois anti-terroristes en vigueur ici au Nigeria. »

Point par point, le MIN conteste cette interdiction. Abdurrahman Abubakar, une voix influente du mouvement chiite, mène la bataille judiciaire à Abuja contre le classement du MIN comme organisation terroriste :

« Nous sommes pacifiques et nous allons le demeurer. Aucune intimidation ne va nous faire craquer. C’est pourquoi nous avons fait appel de cette décision judiciaire nous classant en groupe terroriste. Nous avons préparé une plainte auprès de la Cour pénale internationale. Il y a de nombreuses questions auxquelles le gouvernement nigérian va devoir répondre. »

Abdurrahman Abubakar n'envisage pas d'entrer en clandestinité. Malgré les avis de recherche lancés contre les membres du MIN. Le cheikh Ibrahim Zakzaky, chef du mouvement chiite, est en détention depuis son retour d'Inde sans le moindre soin.

Il est toujours considéré par les autorités nigérianes comme le chef d’une organisation terroriste. La Justice nigériane ne s'est pas encore prononcée sur la poursuite ou non de la liberté conditionnelle du leader du MIN.

 

Sur le même sujet