Actualités

Des jihadistes présents au Bénin, au Togo et au Ghana, selon les services burkinabè

| Par Jeune Afrique

Les services de renseignements burkinabè, se basant sur des écoutes téléphoniques, ont alerté les pays voisins sur le fait que plusieurs jihadistes ont quitté l'Est du pays pour se réfugier au Bénin, au Togo et au Ghana.

Alors que leurs forces armées mènent, depuis début mars, une vaste opération antiterroriste dans l’est du pays, les autorités du Burkina ont alerté leurs voisins sur le risque de voir ces jihadistes présumés se replier sur leur territoire.

Les services de renseignements burkinabè estiment en effet que certains se sont réfugiés, parfois avec leurs proches, au Bénin, au Togo et au Ghana.


>>> À LIRE – Burkina : un nouveau front à l’Est


Ces dernières semaines, ils ont observé que plusieurs individus qu’ils surveillent, dans l’Est, passent de plus en plus d’appels téléphoniques vers ces trois pays, alors que leurs contacts à l’étranger se résumaient jusque-là à des numéros maliens et nigériens.

Face à cette nouvelle menace transfrontalière, les Burkinabè ont donc renforcé leur coopération avec les Béninois, les Togolais et les Ghanéens pour identifier et surveiller les suspects.

Tchad: réunie en sommet, la Cen-Sad aborde
la situation au Soudan et en Libye

Vue de Ndjamena où s'est tenu le sommet de la Cen-Sad.
© Xaume Olleros / AFP

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad) regroupant 24 pays, se sont réunis, samedi 13 avril, à Ndjamena, au Tchad. Les Etats membres ont appelé à « une transition pacifique » au Soudan. La crise en Libye a également été abordée. La Cen-Sad, organisation qui sort de son sommeil, appelle les protagonistes du conflit  « à observer un cessez-le feu immédiat et à relancer le dialogue ».

Le sommet avait deux principaux sujets à l’ordre du jour : trouver un pays d’accueil au siège de l’organisation qui n’en a pas depuis l’éclatement de la crise en Libye, et nommer un nouvel exécutif. Il a été décidé que Ndjamena, capitale du Tchad, accueille provisoirement le siège. Le Niger et le Maroc ont été priés de désigner respectivement le secrétaire exécutif de la Cen-Sad et son adjoint. La situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne et principalement au Soudan et en Libye, s’est invitée dans les débats.

Les pays de la communauté ont publié une déclaration lue par la ministre malienne des Affaires étrangères, Kamissa Camara : « La conférence lance à toutes les parties libyennes un appel à observer un cessez-le-feu immédiat, à relancer le dialogue national et à se conformer au plan d’action pour la Libye des Nations unies et à l’initiative africaine sur la Libye de l’Union africaine. La conférence appelle à l’arrêt immédiat des bombardements sur la capitale Tripoli. La conférence a exprimé sa préoccupation face à la situation au Soudan et lance un appel à tous les acteurs politiques à privilégier le dialogue et la concertation en vue de l’instauration d’une transition pacifique consensuelle et un retour à l’ordre constitutionnel dans un délai raisonnable ».

A cause de la longue léthargie de la Cen-Sad, seuls quatre chefs d’Etat ont participé au sommet de Ndjamena.

L'Italien et la Canadienne enlevés au Burkina sont vivants, selon Ouagadougou

Lucas Tacchetto et Edith Blais sont portés disparus depuis le 15 décembre 2018.
© FAMILY HANDOUT / FACEBOOK / AFP

L’italien Luca Tacchetto et son amie canadienne sont portés disparus depuis le 15 décembre dernier au Burkina Faso, tandis que le missionnaire Pier Luigi Macalli a lui été enlevé le 17 septembre dans le sud-ouest du Niger par huit hommes à moto. Dans une interview accordée à la RAI, chaîne italienne vendredi 12 avril, le porte-parole du gouvernement burkinabè Rémi Dandjinnou s’est voulu rassurant.

Dans cette interview, diffusée par la RAI, on apprend que Luca Tacchetto et son amie canadienne ont bien été enlevés il y a quatre mois et conduits hors du Burkina Faso.

Jusqu'ici, ils étaient considérés comme « portés disparus », leur trace s'étant évaporée quand ils ont quitté Bobo Dioulasso pour Ouagadougou. Le porte-parole du gouvernement dit être certain qu'ils sont encore vivants et précise même qu'ils ne sont pas en danger de mort.

Rémi Dandjinou espère qu'ils pourront être prochainement localisés et fait comprendre qu'une dynamique est lancée pour arriver à un dénouement heureux, sans en dire plus sur d'éventuels contacts avec leurs ravisseurs.

Quant à Pier Luigi Macalli, le missionnaire enlevé au Niger en septembre, il aurait été conduit au Burkina Faso à un moment donné, assure le ministre. Mais ceux qui le détiennent auraient ensuite quitté le pays, sous la pression d'opérations militaires. À l'heure qu'il est, on ne sait pas où se trouve le religieux qui vivait depuis onze ans au Niger quand il a été enlevé.

En fichier attaché la dernière version du bulletin
de la Province d'Afrique de l'Ouest.

Lire la suite

Le pape François au Maroc

Quelques liens vers des articles concernant le voyage du Pape au Maroc: avant, pendant et après, et un article sur les événements dans les pays voisins.

pope-francis-visits-morocco-1553957649821.JPG

Préparation

Vatican News

Le Pape arrive samedi dans le royaume marocain, son premier voyage apostolique dans un pays du Maghreb. Un voyage qui sera court et limité à la capitale du … 

Les enjeux de la visite de François au Maroc

Cardinal Parolin: la rencontre et l’espérance guideront le voyage de François au Maroc 

Cheminer sur la voie de la rencontre réciproque. Telle est la piste proposée par le cardinal Pietro Parolin à la veille du voyage apostolique du Saint-Père au Maroc. Le Secrétaire d’État du Saint-Siège souligne l’importance de la présence du Pape aux côtés de la communauté catholique …


VOYAGE APOSTOLIQUE AU MAROC

Au Maroc, le Pape défend la liberté religieuse et un dialogue authentique

La nécessité d’un dialogue authentique et fraternel entre les peuples et les religions, la liberté religieuse et l’accueil des réfugiés: ce sont quelques-uns des thèmes développés par le Pape François lors de son discours aux autorités marocaines, prononcé ce samedi à Rabat. 

Le don gratuit et inaliénable d’être des fils et filles aimés et attendus

Dans l’homélie de la messe célébrée à Rabat, le Pape François commente la parabole évangélique du Fils prodigue, icône de l’infinie miséricorde du Père. La … 

Le Pape au Maroc: la mission “ne passe pas par le prosélytisme” 

Lors d’une rencontre avec le clergé, les religieux et religieuses vivant au Maroc, le Pape a rappelé que le chrétien n’était pas le fruit d’un prosélytisme mais d’une rencontre avec le Christ. L’Église, quant à elle, est appelée à entrer dans le dialogue de salut et de d’amitié que Dieu a …

A la cathédrale de Rabat, la joie des religieux venus écouter François 

Venus nombreux de tout le Maroc et des pays voisins pour rencontrer le Saint-Père, ils racontent cette rencontre émouvante et vivifiante.

A Témara, l’humble témoignage des “soeurs de Dieu”

Le Pape François a entamé la deuxième journée de son voyage apostolique au Maroc ce dimanche au sud de Rabat, en visitant un centre social dirigé par des … 

Le Pape François et le Roi du Maroc signent un appel pour Jérusalem

Le Pape et le Roi Mohammed VI ont eu un entretien privé ce samedi après-midi à Rabat, au terme duquel a été rendu public un appel commun pour Jérusalem. 

Le Pape François à la rencontre de l’islam marocain 

François entame sa visite apostolique dans un pays qui joue un rôle singulier dans l’islam contemporain et un pays où le dialogue interreligieux est fructeux.

François au Maroc: les migrants sont «l’image du Christ qui frappe à nos portes»

Dans le cadre de sa visite à Rabat, le Pape François a visité en fin de journée un centre de la Caritas dans lequel sont accueillis de nombreux migrants … 

Au Maroc, le travail quotidien de Caritas auprès des migrants 

L’organisation est présente à Casablanca, Rabat et Tanger. Son travail s’effectue auprès des plus démunis et surtout auprès des migrants originaires d’Afrique subsaharienne, nombreux dans le Royaume.

Au Maroc, une Église discrète mais active

Le Pape François va à la rencontre d’une petite communauté, qui représente moins de 0,1 % de la population du pays, de tradition sunnite. Malgré un visage … 

Le Pape aux journalistes: J’espère que votre travail sera fructueux 

Dans son vol pour le Maroc, François a salué les envoyés des médias internationaux et a souhaité deux anniversaires. Interrogé sur le congrès mondial des familles de Vérone, il n’a rien ajouté aux declarations du cardinal Parolin.


Le Monde

Au Maroc, où l’islam est religion d’Etat et le roi « commandeur des croyants », les chrétiens étrangers sont libres d’exercer leur culte et sont protégés par les autorités. Mais les Marocains qui choisissent une autre confession sont contraints de vivre cachés.

Lire l’article: Au Maroc, la vie cachée des convertis au protestantisme évangélique, Ghalia Gadiri, Le Monde Afrique, 29.03.19

Zenit

[Bulletin quotidien] 31 mars 2019 – Maroc, Jour 2: la force de la compassion –  Télécharger en PDF
Maroc: progamme du pape François, dimanche 31mars 2019 La plus grande messe de l’histoire du Maroc

Maroc: visite au Centre rural des Filles de la charité à Témara Au service de 150 enfants malades

Maroc: « Une collaboration active », témoignage de soeur Mary (texte complet) Consacrés au Maroc, dans un « esprit de foi » et de service

Maroc: « Témoigner du Christ surtout en actes », témoignage du p. Germain « Nous sommes toujours bien accueillis sur cette terre bénie du royaume du Maroc »

Maroc: l’Eglise grandit « par attraction » et pas par « prosélytisme » « Le problème n’est pas le petit nombre »

Maroc: « La force de la compassion » (texte complet) Rencontre à la cathédrale de Rabat

Maroc : le pape s’incline devant frère Jean-Pierre, dernier survivant de Tibhirine Il baise sa main dans la cathédrale de Rabat

Maroc : 10 000 personnes pour la messe du pape à Rabat (homélie intégrale) Dire Notre Père pour prendre le risque de vivre comme des frères

Maroc : au terme du voyage, le pape invite à poursuivre le dialogue entre chrétiens et musulmans Salutations à la fin de la messe à Rabat (Texte intégral)

Maroc : le vibrant « merci » de la foule au pape Paroles de l’archevêque de Rabat

Maroc : la haine détruit « tout ce que nous aimons », prévient le pape Le regard du père, pour sortir de la question fratricide.

Le pape quitte le Maroc en souhaitant paix et prospérité Retour à Rome prévu à 21h30

Conférence de presse et retour

Maroc : tous « frères » avec un « très grand respect », souligne le pape Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (2)

« Nous sommes tous citoyens de Jérusalem », affirme le pape après l’appel signé au Maroc Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (3)

Plaidoyer du pape pour la liberté de conscience, même en Occident Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (4)

Protection des mineurs : il faut une lutte humaine et une lutte spirituelle, estime le pape Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (5)

Ces lames anti-migrants et les larmes du pape, parce que « le monde a oublié de pleurer » Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (6)

Europe: le pape suggère d’ « arrêter l’immigration par la générosité » Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (7)


A Sainte-Marie-Majeure, le pape François remercie la Vierge Marie pour son voyage au Maroc 72e visite du pape pour prier la Vierge Marie

Andrea Tornielli commente l’homélie du pape François à Rabat Dieu « cherche toutes les occasions de pardonner »


Sur quelques sites marocains

yabiladi.com, 01.04.19

Pape François : «Ma visite au Maroc m’a permis de parler de ce qui me touche au cœur»

«Ma visite au Maroc m’a permis de parler de ce qui me touche au cœur : la paix, l’unité, la fraternité», a affirmé dimanche le Pape François à son retour du Maroc.Lire la suite

Le Reporter.ma – 26.03.19

Visite du Pape François au Maroc, une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre les religions

La visite de Sa Sainteté le Pape François au Maroc, terre de paix, de tolérance et du vivre-ensemble prévue les 30 et 31 mars courant, ouvre une nouvelle page dans l’histoire du dialogue islamo-chrétien, facteur indispensable à la consécration des valeurs de tolérance et de coexistence dans le monde.

Cette première visite du Pape François dans un pays maghrébin est en effet porteur de grands espoirs pour la consolidation du dialogue interreligieux, le raffermissement du respect mutuel entre musulmans et chrétiens, ainsi que le renforcement de l’entente et du vivre-ensemble harmonieux entre les communautés et les nations.

Elle vient consacrer de même le statut du Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine en tant qu’acteur majeur au service du renforcement du dialogue, de la compréhension et du respect mutuels entre les mondes musulman et chrétien, et rempart contre l’extrémisme et les dérives qui menacent la paix et la sécurité mondiale.Lire la suite

Et dans le contexte régional…

Maghreb : des ponts du pape et de Mohammed VI aux déchirures inter-arabes

CHRONIQUE. Alors que, au Maroc, Mohammed VI, le commandeur des croyants, et le pape François en appelaient à une concorde des religions, les dirigeants arabes réunis à Tunis affichaient leur discorde.

Par notre correspondant à Tunis, Benoît Delmas Publié le 02/04/2019 à 13:55 | Le Point.fr

Folle séquence en Afrique du Nord. Alors que l’Algérie connaissait un nouveau vendredi de manifestations monstres contre le pouvoir, Rabat offrait le visage d’une union des musulmans et des catholiques pendant qu’à Tunis la Ligue arabe tenait son trentième sommet. Trois événements, trois leçons politiques.

Au Maroc, le pape et Mohammed VI main dans la main

Août 1985. Jean-Paul II foule le sol marocain, Hassan II en hôte gourmand. La photo des deux hommes est à elle seule un symbole : le commandeur des croyants avec le leader de la religion catholique. Trente-quatre ans après, le souverain chérifien et le souverain pontife ont récidivé dans un contexte géopolitique fort différent. Le mur de Berlin est tombé, entraînant dans sa chute la guerre froide et quelques idéologies. Le djihad s’est multiplié, d’Al-Qaïda à l’État islamique, de la Syrie au Sahel. Les deux autorités ont fustigé d’une même voix le radicalisme, prôné l’éducation et consacré Jérusalem. Une union religieuse fort politique.Lire la suite.