Témoignages

 

vincentkiyeUne lettre du père Vincent Kiye aux Jeunes de Dyou au Mali
 
Chers amis jeunes de notre paroisse,
 
Comme il est de coutume, en début de chaque semaine je vous propose un point de méditation pour la semaine. Pour cette semaine consacrée à la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ,  je voudrais m'arrêter sur ces versets des actes des Apôtres (Ac 10, 34.37-43) que nous avions lus ce dimanche de pâques, appelé aussi dimanche de la résurrection :
"Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable...
   Dieu l’a ressuscité le troisième jour."
      Dans la nuit de ce samedi 20 avril 2019, un refrain a été entonné : Alléluia, il est ressuscité !
Que retenons-nous de la résurrection du Christ? Quel sens a-t-elle pour nous aujourd'hui ?
          Bien aimés dans le Seigneur, si Jésus est ressuscité des morts, cela n'est rien d'autre que la conséquence d'une vie très authentique et pleinement vécue. Jésus était pleinement humain, là où il  passait, il faisait le bien à tout le monde, nous dit l'apôtre Pierre.
Jésus a fait de toute sa vie, une instance de mise en pratique de la volonté de son Père et Notre Père: ma nourriture c'est faire la volonté de mon Père, dira-t-il. Que pouvait être la récompense d'une telle vie, si ce n'est que la glorification!
         La résurrection du Christ, loin d'être une célébration ordinaire dans notre vie, doit toujours être exceptionnelle et nous émerveiller devant ce grand mystère de notre foi. Elle doit toujours sonner nouveau  dans nos mémoires, nous inviter nous aussi à être des hommes et de femmes qui faisons la volonté de Dieu en tout temps, qui faisons le bien à tout homme et partout. Cette volonté de Dieu est perceptible à travers sa Parole que nous lisons chaque jour.
Ainsi, chaque fois que nous faisons le bien tel que la Parole de Dieu nous y invite, nous rendons déjà possible notre propre résurrection à venir. 
"Dieu l'a ressuscité...", il l'a sorti du tombeau."
 Frères et soeurs en Christ, 
          Nous sommes nous aussi dans des petits tombeaux dans notre vie. Ce sont ces moments de tristesses, d'incompréhensions, de deuil, de division et/ou séparation, ces moments de chômage, de manque de mariage, ces moments de souffrances de toutes sortes. Nous avons besoin de sortir nous aussi de ces petits tombeaux qui nous étouffent. Les laisser vide. Nous avons besoin d'un ange du Seigneur pour enrouler cette pierre placée à l'entrée de ces petits tombeaux de notre vie.
N'ayons pas peur. Faisons-Lui confiance, abandonnons-nous à Lui. Attachons-nous au Christ, accrochons-nous à Lui, à son manteau de gloire pour ressusciter avec Lui. Demandons-Lui de nous sortir de tous ces tombeaux de notre vie qui nous empêchent d'être heureux, qui nous empêchent de 'sous épanouir. Lui qui est bon et qui ne déçoit jamais, Lui qui est le Dieu des vivants et non des morts, qu'il vienne à notre aide. Que sa volonté s'accomplisse en nous et non pas la nôtre, Amen.
Père Vincent KIYE, Mafr et aumônier des jeunes de la paroisse de Dyou/Mali

7 avril 2019 : homélie de Mgr Laurent DOGNIN, évêque de Quimper et Léon,
à Plouguerneau pour 150 ans de la fondation
des Soeurs missionnaires de Notre-Dame d’Afrique (Soeurs blanches)

Lire la suite

Sur le site "ABC Burkina.net" cet article :

517) Burkina : Un centre de santé pour Ladiou

Petit village rural de 5 500 habitants - Aujourd'hui, nous vous proposons un document exceptionnel :

1) pour la qualité de l’établissement créé (rien y manque) - et son emplacement en brousse, loin de tout autre centre de santé

2) pour des raisons de proximité :

le lien professionnel entre le président du SEDELAN, Maurice Oudet, et la réalisatrice de ce bel ensemble, Birgitta Amoroso, ex fonctionnaire de la Commission européenne, retraitée bénévole au Burkina et collaboratrice du SEDELAN.

Depuis plus de 10 ans, forte de sa compétence accumulée, elle traduit en anglais toutes les lettres que nous publions sur notre site web. Elle a tenu à apporter son tribut à la santé des villageois Burkinabè en même temps qu’une touche de son passé.


Lire la suite



 
   
   

Dans la revue "Voix d'Afrique" ces échanges entre le père Clément Forestier et l'ancien évêque de Laghouat,
tout particulièrement au sujet des 19 martyrs béatifiés, notamment les 4 Pères Blancs.

Lire la suite

Un article publié dans le n°1099 du Petit Echo,
et rédigé par un Père Blanc Belge de 87 ans

et un stagiaire Burkinabè travaillant ensemble en RDC

 

pe1

pe3

 

Sous-catégories

Les informations sur nos maisons de formation datent de quelques années, et nous avons demandé aux responsables de ces maisons de nous donner des nouvelles plus récentes.
La première réponse reçue vient de Samagan, le noviciat près de Bobo-Dioulasso (lire la suite)