Témoignages

Dans cette rubrique, des Missionnaires d’Afrique originaires du Burkina Faso témoignent de leur expérience de vie missionnaire, spécialement au cours du stage de deux ans qu’ils ont vécu dans un autre pays que le leur. Expérience souvent difficile, parfois dangereuse, toujours enrichissante. La plupart de ces témoins sont maintenant ordonnés prêtres et sont repartis vivre la mission.

Le Père Manolo Gallego qui était en Espagne pour raison de santé nous a envoyé ce message :

Je suis à la maison ! Hier, 13 de Septembre à 18 h j’ai quitté l’Hôpital !

Je rends grâce à Dieu, sans oublier toute l’équipe médicale et personnel sanitaire de l’Hôpital Saint François d’Assise qui m’on traité très bien ! merci beaucoup  !!!

Merci à tous pour vos prières et appels téléphoniques !

Merci à mes frères Pedro José et Antonio Damian qui se sont tournés jour et nuit pour m’accompagner ( Jesus , le petit frère, qui travaille en Almeria, a pu seulement venir le premier jour).

Maintenant, j’ai deux mois de repos pour refaire mes forces et « marcher beaucoup » !

Très fraternellement,

  1. Manolo Gallego

 

P .Manuel J. Gallego

Misioneros de África

C/ de la Liebre, 25

28043 MADRID

TEL: 00 34 91 574 04 00 (maison provinciale) ;

          00 34 626 593 029 (personnel)

Jean-Luc Marion – De l’utilité des chrétiens (Cathobel)

logo cathobel

 

 

Dans son dernier livre, le philosophe et académicien français explique, de manière rationnelle, pourquoi les chrétiens disposent de ce dont manquent aujourd’hui nos sociétés. Ce qui les rend non pas dangereux, mais très utiles. 

Lire « Jean-Luc Marion – De l’utilité des chrétiens » par Rédaction, Cathobel, 07/09/17.

Extraits:

Les Etats doivent aussi s’abstenir de faire de la «laïcité» une nouvelle religion, une religion civile, voire athée, censée disposer, on ne sait par quel miracle, des ressources pour convaincre les citoyens de sacrifier une partie de leurs intérêts particuliers à la communauté, pour produire la fraternité.

«Nous sommes athées de vos dieux» est une formule que l’on retrouve dans la bouche de Justin et des premiers chrétiens en situation de martyre. Les chrétiens n’étaient pas persécutés par le pouvoir romain pour des faits de violence, ni même de rébellion, mais parce qu’ils refusaient de sacrifier aux dieux de la cité, au dieu politique que devenait l’Empereur. Cette formule revendiquait la séparation absolue des sphères politique et religieuse.

6 septembre : une demande de notre archiviste P. François Richard, aux confrères, anciens du noviciat de Gap.

Ce texte a été envoyé par l'abbé Théophile Gnimian Dabilougou, originaire de la paroisse de Boulsa (Zêgedegê), dans le diocèse de Kaya, et nommé depuis peu comme économe du grand séminaire de Kossogên, à Ouagadougou.

18 août 2017Theo Dabilgou

Haaaa j’aime la France :

Suivez ces lignes de Théophile

Bonjour ! Les lignes que vous allez parcourir sont dignes d’un feuilleton de Hollywood, n’en sont aucunement. Elles ne sont pas non plus des faits divers ou des histoires de Toto auxquels vous êtes habitués de ma part. Tout a bien commencé et s’est bien terminé avec des sueurs chaudes et abondantes à Paris. Le matin du 16 août une famille me déposa à Lorraine TGV direction Paris Roissy.  Le train était à l’heure et est arrivé aussi à l’heure. Au comptoir d’enregistrement mes deux bagages pour la soute sont aux normes 23 kg chacun. Par contre j’avais 16 kg à la main. En principe il faudrait avoir 10 kg + 2 pour un éventuel ordinateur, donc au total 12kg à la main. Moi j’avais 2 ordinateurs, un ancien à bout de vie et un nouveau que je venais d’acheter. Pas moyen de négocier. Dommage les français ne négocient plus ils vivent sur la loi. Bon Dieu tu es où ? L’alternative était de ressortir pour constituer un 3è sac qui irait à la soute. Mais avec les 4 kg je payerai 100€ par kg. Sereinement je suis sorti pour cette alternative mais dans la conviction que je croiserai un Burkinabè qui prend le même vol que moi et qui accepterait peut-être de me prendre le surplus de kg. Puisque l’Evangile dit d’espérer au-delà de l’espérance. Mais ce ne fut pas le cas. Pas de bon samaritain. Je m’adresse à un agent de la sécurité au poste d’air France pour expliquer mon cas. Dans un premier temps il me dit de mettre un ordinateur à la poubelle au lieu de payer 400€.

Alors là ma température monta de 3°de plus. Arrive un de ses équipiers qui me dit : « mais monsieur votre vol c’est bientôt il faut vite trouver une solution sinon vous ratez le vol. » Les 2, comprenant ma peine me disent : Monsieur, suivez-nous. J’obtempère sans calcul. Ils me disent : videz tout ce qu’il y a dans le sac à main ainsi que dans les poches des sacs à ordinateurs et vous mettez dans vos poches c’est aussi simple que ça. Vous n’allez pas payer

300 à 400€ pour un surplus de ce genre et d’ailleurs il est tard. » Dans mon sac à main il y avait entre autres 4 jolies chemises qu’une mamie m’avait achetées et qui me tenaient à cœur. Je les enfile toutes sur moi. Remarquez que j’avais déjà 3 couches sans le manteau. Me voilà avec 7 couches. Il fallait voir comment j’avais grossi en 10 mn. Aussi les chargeurs des ordinateurs et autres souris ainsi que des bouquins que j’avais achetés par internet furent logés dans mes poches. Après avoir repesé, il me restait encore 2 kg de plus. Les 2 hommes me disent : on ne peut plus vous aider. A l’instant même un coup de sifflet retenti

« colis abandonné et suspect ». Un mouvement de foule et panique dans tous les sens ça court. Le Théophile resta planté sans savoir dans quel sens il fallait courir.  Une  policière  qui  avait  suivi  le  bon  geste  de  mes  2  bienfaiteurs précédents  s’approcha  de  moi  et  me  dit  « Ecoute  monsieur  c’est  nous  qui assurons la pesée des sacs à mains. Mais quand il y a mouvement de foule comme celui là la barrière est levée, courez aussi vers la Pharmacie et à votre gauche vous faites les formalités policières et vous traversez avec le surpoids sans contrôle. »  Ces  indications  me  vont  droit  au  cœur.  Elles  ressemblent  à  un langage africain. Le repère n’est pas un GPS mais le gros baobab ou le manguier à gauche de la maison de l’oncle X………. Haaa il fallait me voir battre le macadam en plein aéroport de Roissy. Bousculant tout sur mon passage. Dans cette détermination, j’avais dépassé la pharmacie indiquée par la policière. Un demi-tour vite et me voilà avec une sueur abondante devant la police. Formalités bien faites vite faites, je traversai le contrôle de sécurité et me voilà dans le métro relais pour l’embarquement. Arriver au Quai N° 48 puisque c’est là que je devais embarquer, un prêtre du Burkina (3 ans plus jeune que moi) m’aperçut et vint à ma rencontre. Je lui fis en 1 mn le débriefing des merveilles du Seigneur et celles des hommes ; puis je me retirai dans un endroit spacieux et propre pour enlever les différentes couches d’habits. J’oubliais, j’avais enfilé un deuxième pantalon guin. Malgré tout cela je ne sentais aucune chaleur. N’est- ce pas que le mauvais temps c’est le temps qu’on vit longtemps sur son canapé, autrement il passe inaperçu. A près 20 mn je me suis dégrossi et le voyage fut beau-magnifique.

J’aime beaucoup le Seigneur. Il nous fait parfois vivre ce que nous proclamons avec  conviction  pour les  autres. 3  jours  auparavant  (dimanche  13  août  19è dimanche temps ordinaire), j’avais prêché à saint Agnan. J’avais comme dans mes habitudes, trouvé une histoire de Toto pour soutenir la foi des touts petits et  peut-être  des  grands.  « au  marché     couvert  de  Metz  Toto  en  pleine  communication téléphonique voit venir un voleur. Effrayé, il laisse tomber son portable. Le voleur le prend et le lui remet en disant : aujourd'hui, c'est la fête du travail, nous ne travaillons pas, donc tiens ton portable ! »

J’avais terminé en disant que Dieu travaille parfois à contre-courant de nos pensées. Il faut parfois accepter de changer de lentilles ou le logiciel de notre regard.

Yes : Vive la France, vive la police Française, vive  la compagnie Air France, vive les grands hommes et femmes français. Vous êtes formidables.  Les meilleurs c’est les Lorrains.

 

Voilà l’homélie si vous êtes intéressés.

Homélie 19ème DTO A saint Agnan 13 août 2017  Théophile

Au cœur d’une tempête, pendant la nuit, alors que leur barque est battue par les vagues, les disciples entendent Jésus leur dire : « Confiance ! C’est moi ; n’ayez pas peur ! » En venant à eux, marchant sur les eaux, Jésus déconcerte ses disciples qui, l’ayant laissé sur la rive, ne s’attendaient pas à cela.

Jésus les rejoint dans leur détresse et leur nuit. Jésus nous rejoint là où nous sommes, y compris dans nos obscurités pour nous amener à la lumière du jour nouveau. Jésus nous rejoint quand nous semblons perdus, sans but, menacés de toutes parts. Jésus nous rejoint quand  nous  ne  voyons  aucune  issue  et  sombrons  dans  le  désespoir.  A  chacun  il  redit :

« Confiance ! C’est moi, n’’aies pas peur ! » 

En dominant la mer, Jésus montre à ses disciples qu’il ne peut être englouti et qu’il est donc le Maître, non pas tant des éléments, mais de ce qu’ils évoquent. En effet, dans la Bible, souvenons-nous que la mer n’est pas considérée comme un lieu agréable pour passer du bon temps mais comme une masse quasi incontrôlable qui peut engloutir, ravager, anéantir. Pensons simplement au déluge et à la traversée de la Mer Rouge.

Jésus qui marche sur les eaux, ce n’est pas un prodige magique mais l’annonce qu’il domine les puissances de mort voire les écrase sous ses pieds.

L’apôtre Pierre, bien inspiré, demande donc à Jésus de pouvoir recevoir cette autorité de Dieu sur le Mal et les ténèbres. Pierre est prêt à partager l’autorité de Jésus. Peut-être se souvient-il de cette mission que Jésus a confiée au Douze en leur donnant ordre d’accomplir les signes du Royaume. En tout cas, Pierre y va. A l’appel de Jésus, il quitte la barque, la seule sécurité qui lui reste sur ses flots agités, et le voilà marchant, à son tour, sur la mer. Le voilà investi de la même  autorité  que  Jésus.  Le  voilà  « insubmersible » parce  qu’il  a  fait  confiance  à  son Seigneur.

Malheureusement, l’état de grâce ne va pas durer et Pierre, qui se laisse distraire par la force du vent, commence à avoir peur et s’enfonce aussitôt dans l’eau.

Le contraire de la foi ce n’est pas l’athéisme, l’incroyance mais la peur. En effet, avoir foi en Jésus, c’est d’abord avoir confiance en Lui, avoir confiance en sa Parole et ne pas douter qu’elle soit vraie et efficace, malgré parfois toutes les apparences. Avoir foi en Jésus, c’est être attaché à sa personne et pas à des règles ou des principes. Avoir foi en Jésus, c’est vivre d’une relation interpersonnelle avec Lui. Avoir foi en Jésus c’est ne laisser rien ni personne perturber ou affaiblir cette relation.

Quand nous vivons un moment intense de joie, nous aimerions qu’il dure. Quand nous venons de vivre un temps de prière profond nous voudrions rester dans  cette paix. Quand nous sortons d’une retraite spirituelle ou d’un pèlerinage nous aimerions poursuivre l’état de grâce. Faire l’expérience d’une rencontre avec le Seigneur Jésus Vivant devrait nous transformer à jamais, mais, dans la foi, comme dans d’autres domaines, rien n’est définitivement acquis ; et puisque nous ne sommes pas de purs esprits, nous demeurons changeants, influençables, en bien comme en mal.

Combien de fois ne sommes-nous pas en contradiction quand, dans la même journée, nous vivons la plus belle des rencontres avec le Christ dans son Eucharistie et presque aussitôt après nous laissons notre langue médire et notre cœur incliner au jugement ? Combien de fois entendons-nous la Parole de Jésus qui nous parle de pardon et, en même temps, nous gardons rancune et colère en nous ? Combien de fois regardons-nous de travers notre prochain pour éviter de se remettre soi-même en cause ?...

Notre acte de foi envers le Seigneur est à renouveler non seulement chaque matin mais quasiment à chaque moment, à chaque évènement, à chaque décision, à chaque appel que nous recevons…

Pierre avait foi en Jésus puisqu’il a quitté la barque et s’est mis à marcher sur la mer. Qui d’entre nous aurait osé faire de même ?... Mais Pierre s’est laissé distraire par la force du vent et s’est mis à douter, c’est-à-dire à se poser des questions sur sa stabilité et c’est là, et seulement là, qu’il s’enfonce alors dans l’eau.

Notre assurance, notre fondation, notre roc, ce n’est pas notre connaissance, notre force physique ou morale, notre niveau d’études, notre rang social, mais le Christ, sa Parole, et l’appel qu’il nous lance et sur lequel nous devons uniquement nous appuyer, nous fier, nous contenter.  Alors,  même  si  nous  coulons  parfois,  parce  que,  en  raison  d’évènements menaçants, nous doutons, Jésus est toujours là pour nous relever, pour nous sauver et pour faire taire ce qui pouvait nous troubler. « Confiance !  N’ayez pas peur ! » Toto nous parle :

« La brise légère » lorsque passe le Seigneur, c’est le calme qui suit la tempête quand Jésus donne sa main à Pierre qui est angoissé. Le Seigneur nous apporte la paix lorsque notre foi s’accroche à Lui.

Dans l’Evangile, c’est le Seigneur qui nous accompagne en montant dans notre barque. C’est lui qui se présente devant nous alors qu’on le croyait absent, resté sur la rive du lac.

Il oblige ses disciples à monter dans une barque, à quitter ce lieu et son ambiance pour passer sur l’autre rive. Savoir changer de rive pour garder l’essentiel du message. Savoir se laisser visiter par Jésus nous guérit nous relève nous ressuscite.

Faire sortir les hébreux de l’Egypte était déjà une tâche difficile mais le plus difficile attendait Moïse : c’est de faire sortir l’Egypte de leur cœur.

Laissons-nous convaincre que le germe de la résurrection est planté en nous de façon définitive. Je ne vous laisserai pas orphelins. Je vous enverrai l’Esprit Saint » Jn 14-18. Voici, je fais toutes choses nouvelles. Ap 21,5.

Abbé Théophile

A Brazzaville, les «Jeunes mères du Congo»
demandent la paix dans le Pool

Une famille qui a fui les violences dans le Pool, réfugiée dans le site de déplacés de Yamba, au Congo-Brazzaville, en mai 2017.
© RFI/Florence Morice
 

Lassées par la situation de crise humanitaire qui frappe la région du Pool, des femmes congolaises, regroupées au sein d'un mouvement associatif, ont organisé un meeting ce lundi 28 août à Brazzaville. Elles demandent aux autorités de créer les conditions d'un retour à la normale avant la prochaine rentrée des classes en octobre. Au pasteur Ntumi, accusé par les autorités de commettre des exactions avec ses ex-combattants, elles ont demandé de revenir à de meilleurs sentiments. Le tout s'est passé lors d'un meeting dans un quartier sud de Brazzaville.

Pas moins de 2 000 personnes sont venues assister à la manifestation de l’association des jeunes-mères du Congo (AJMC), organisée ce lundi 28 août à la place du Rond-point Makélékélé. Le lieu n’a pas été choisi au hasard. C’est dans ce quartier de Brazzaville qu'ont éclaté les attaques, en avril 2016. Ces attaques attribuées au pasteur Ntumi et à ses miliciens se sont prolongées dans le Pool, une région aujourd’hui à genoux.

La chanteuse Michaelle Moutouari, initiatrice de la manifestation, a déploré la situation qui prévaut dans le Pool. « La population souffre. Il y a trop de barricades, trop de policiers. Il y a des délits qui sont en train d’être organisés en bande. Il y a des gens qui sont arrêtés. Et pour les sortir, il faut beaucoup d’argent, et souvent ce sont des familles démunies. Comment est-ce qu’ils vont s’en sortir ? », a lancé l’artiste lors du rassemblement.

 

► A (ré)écouter : Congo-Brazzaville: le Pool, une crise humanitaire oubliée

Michaelle Moutouari a également appelé les autorités à tout mettre en œuvre pour que la paix revienne dans cette zone avant que la prochaine rentrée des classes, en octobre. Au pasteur Ntumi, elle lui demande de revenir à de « bons sentiments ».

Présentes aussi, des habitantes du Pool, qui souhaitent rentrer, mais s’inquiètent. « Moi je suis à Kinkala où j’ai un tabac. On avait cassé toutes les maisons, on avait brûlé toutes les maisons. Même si, là, on dit je rentre au village, je vais aller habiter où ? Je n’ai pas d’argent », explique une dame présente à la manifestation. Officiellement 138 000 personnes sont « en détresse » dans le Pool.