Actualités

                               L’eco, monnaie de la discorde en Afrique de l’Ouest

En acceptant de s'unir autour d'une monnaie unique à l'horizon 2020, la Cedeao s'est engagée dans un parcours du combattant. Depuis fin décembre, la "bataille de l'eco" provoque un conflit de leadership entre pays de l'Uemoa, Côte d'Ivoire en tête, et de la ZMAO, chapeautée par le poids lourd nigérian.

Burkina Faso: l'église du village de Pansi attaquée

 Publié le :
Le village de Pansi se situe à l'est du Burkina, à la frontière avec le Niger.
Le village de Pansi se situe à l'est du Burkina, à la frontière avec le Niger. Google Maps

Des hommes armés ont fait irruption dans ce village situé au nord-est du Burkina Faso, et tirés sur les populations. Au moins une vingtaine de morts et plusieurs blessés, selon des sources sécuritaires, mais le bilan n'est pas encore officiel.

Publicité

Avec notre correspondant à Ouagadougou,  Yaya Boudani

Selon une source sécuritaire, les assaillants ont attaqué l’église à l’heure du culte du dimanche. Au moins un vingtaine de personnes ont été tuées selon des sources locales. « Les gens étaient venus pour la messe quand les assaillants ont fait irruption dans le village », explique notre source. Une quinzaine de blessés ont été évacués à Sebba, le chef-lieu de la province du Yagha, pour être soignés. Plusieurs personnes sont portées disparues. Selon des sources sécuritaires citant des témoins, elles auraient été enlevées par les assaillants.

Aucun bilan officiel de cette attaque contre une église à Pansi n’est encore disponible. « Des renforts sont envoyés sur place pour secourir les survivants et retrouver les personnes enlevées », nous confie une source officielle. Plusieurs familles ont commencé à fuir vers Sebba, le chef-lieu de la province du Yagha, selon des habitants de cette commune.

Enlèvements et exécutions

Ce n’est pas la première fois que des religieux et les populations de cette province sont visés par une attaque d’hommes armés non identifiés. Un responsable religieux et quatre membres des familles avait été enlevés et exécutés à quelques kilomètres de la ville de Sebba, non loin de la frontière avec le Niger en milieu de semaine dernière.

Comme chaque année, ce pélerinage est organisé par les Missionnaires d'Afrique en Suisse.
La date de cette année est le 7 juin 2020.

 

pl

 

 

 

Les pays de la Cédéao à la recherche d'une stratégie contre le coronavirus

Pour Michel Sidibé, ministre malien de la Santé, «il faut qu’on arrive à avoir une coordination transfrontalière! Ce n’est pas possible! On l’a vu avec Ebola!». Notre photo d'illustration.

Pour Michel Sidibé, ministre malien de la Santé, «il faut qu’on arrive à avoir une coordination transfrontalière! Ce n’est pas possible! On l’a vu avec Ebola!». Notre photo d'illustration. REUTERS/Baz Ratner

Les ministres de la santé des pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) se sont réunis, vendredi 14 février, à Bamako, pour élaborer une stratégie afin de faire face à de nouveaux cas de coronavirus. À Bamako, les ministres ont notamment décidé de renforcer la coopération alors qu'un premier cas de contamination en Afrique a été constaté en Égypte.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Avec des frontières poreuses, des citoyens grands voyageurs, des pays membres de la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont décidé de renforcer à Bamako la coopération transfrontalière afin de faire face à d’éventuel cas de coronavirus. Pour Michel Sidibé, ministre malien de la Santé, « il faut qu’on arrive à avoir une coordination transfrontalière ! Ce n’est pas possible ! On l’a vu avec Ebola ! Les cas, les populations qui viennent de la Chine, comment on les prend en charge ? Donc la prise en charge, l’isolement ou pas, qu’est-ce qu’on fait ? »

« On n'a même pas trois laboratoires... »

Les ministres de la Santé de l’espace Cédéao ont également évoqué la nécessité de mettre en place un dispositif médical adéquat. « Nous avons à la Cédéao, explique Michel Sidibé, à peu près 380 millions de personnes, et on n’a même pas trois laboratoires qui peuvent prendre en charge et de façon efficace si on a des cas. Donc, il faut le renforcement du laboratoire, les stocks, les kits par exemple pour détecter les cas. »

En solidarité avec la Chine, il a été également décidé de rester en contact avec les ressortissants de la Cédéao dans les localités chinoises où sévit la maladie, le rapatriement dans leur pays d’origine ne devant pas être systématique.

La directrice Afrique de l'OMS Moeti Matshidiso estime en tout cas que le continent est bien préparé à faire face au coronavirus, en raison notamment de l'épidémie Ebola, dont les mesures de prévention sont les mêmes que pour le Covid-19.

A cause de l’épidémie d’Ebola, nous étions déjà en train de nous préparer avec tous les Etats membres pour faire face à une éventuelle épidémie. Donc là, nous pouvons nous baser sur ce qui est déjà sur place.

Coronavirus: un malade en Egypte, premier cas diagnostiqué en Afrique