Actualités

En fichier attaché la dernière version du bulletin
de la Province d'Afrique de l'Ouest.

Lire la suite

Le pape François au Maroc

Quelques liens vers des articles concernant le voyage du Pape au Maroc: avant, pendant et après, et un article sur les événements dans les pays voisins.

pope-francis-visits-morocco-1553957649821.JPG

Préparation

Vatican News

Le Pape arrive samedi dans le royaume marocain, son premier voyage apostolique dans un pays du Maghreb. Un voyage qui sera court et limité à la capitale du … 

Les enjeux de la visite de François au Maroc

Cardinal Parolin: la rencontre et l’espérance guideront le voyage de François au Maroc 

Cheminer sur la voie de la rencontre réciproque. Telle est la piste proposée par le cardinal Pietro Parolin à la veille du voyage apostolique du Saint-Père au Maroc. Le Secrétaire d’État du Saint-Siège souligne l’importance de la présence du Pape aux côtés de la communauté catholique …


VOYAGE APOSTOLIQUE AU MAROC

Au Maroc, le Pape défend la liberté religieuse et un dialogue authentique

La nécessité d’un dialogue authentique et fraternel entre les peuples et les religions, la liberté religieuse et l’accueil des réfugiés: ce sont quelques-uns des thèmes développés par le Pape François lors de son discours aux autorités marocaines, prononcé ce samedi à Rabat. 

Le don gratuit et inaliénable d’être des fils et filles aimés et attendus

Dans l’homélie de la messe célébrée à Rabat, le Pape François commente la parabole évangélique du Fils prodigue, icône de l’infinie miséricorde du Père. La … 

Le Pape au Maroc: la mission “ne passe pas par le prosélytisme” 

Lors d’une rencontre avec le clergé, les religieux et religieuses vivant au Maroc, le Pape a rappelé que le chrétien n’était pas le fruit d’un prosélytisme mais d’une rencontre avec le Christ. L’Église, quant à elle, est appelée à entrer dans le dialogue de salut et de d’amitié que Dieu a …

A la cathédrale de Rabat, la joie des religieux venus écouter François 

Venus nombreux de tout le Maroc et des pays voisins pour rencontrer le Saint-Père, ils racontent cette rencontre émouvante et vivifiante.

A Témara, l’humble témoignage des “soeurs de Dieu”

Le Pape François a entamé la deuxième journée de son voyage apostolique au Maroc ce dimanche au sud de Rabat, en visitant un centre social dirigé par des … 

Le Pape François et le Roi du Maroc signent un appel pour Jérusalem

Le Pape et le Roi Mohammed VI ont eu un entretien privé ce samedi après-midi à Rabat, au terme duquel a été rendu public un appel commun pour Jérusalem. 

Le Pape François à la rencontre de l’islam marocain 

François entame sa visite apostolique dans un pays qui joue un rôle singulier dans l’islam contemporain et un pays où le dialogue interreligieux est fructeux.

François au Maroc: les migrants sont «l’image du Christ qui frappe à nos portes»

Dans le cadre de sa visite à Rabat, le Pape François a visité en fin de journée un centre de la Caritas dans lequel sont accueillis de nombreux migrants … 

Au Maroc, le travail quotidien de Caritas auprès des migrants 

L’organisation est présente à Casablanca, Rabat et Tanger. Son travail s’effectue auprès des plus démunis et surtout auprès des migrants originaires d’Afrique subsaharienne, nombreux dans le Royaume.

Au Maroc, une Église discrète mais active

Le Pape François va à la rencontre d’une petite communauté, qui représente moins de 0,1 % de la population du pays, de tradition sunnite. Malgré un visage … 

Le Pape aux journalistes: J’espère que votre travail sera fructueux 

Dans son vol pour le Maroc, François a salué les envoyés des médias internationaux et a souhaité deux anniversaires. Interrogé sur le congrès mondial des familles de Vérone, il n’a rien ajouté aux declarations du cardinal Parolin.


Le Monde

Au Maroc, où l’islam est religion d’Etat et le roi « commandeur des croyants », les chrétiens étrangers sont libres d’exercer leur culte et sont protégés par les autorités. Mais les Marocains qui choisissent une autre confession sont contraints de vivre cachés.

Lire l’article: Au Maroc, la vie cachée des convertis au protestantisme évangélique, Ghalia Gadiri, Le Monde Afrique, 29.03.19

Zenit

[Bulletin quotidien] 31 mars 2019 – Maroc, Jour 2: la force de la compassion –  Télécharger en PDF
Maroc: progamme du pape François, dimanche 31mars 2019 La plus grande messe de l’histoire du Maroc

Maroc: visite au Centre rural des Filles de la charité à Témara Au service de 150 enfants malades

Maroc: « Une collaboration active », témoignage de soeur Mary (texte complet) Consacrés au Maroc, dans un « esprit de foi » et de service

Maroc: « Témoigner du Christ surtout en actes », témoignage du p. Germain « Nous sommes toujours bien accueillis sur cette terre bénie du royaume du Maroc »

Maroc: l’Eglise grandit « par attraction » et pas par « prosélytisme » « Le problème n’est pas le petit nombre »

Maroc: « La force de la compassion » (texte complet) Rencontre à la cathédrale de Rabat

Maroc : le pape s’incline devant frère Jean-Pierre, dernier survivant de Tibhirine Il baise sa main dans la cathédrale de Rabat

Maroc : 10 000 personnes pour la messe du pape à Rabat (homélie intégrale) Dire Notre Père pour prendre le risque de vivre comme des frères

Maroc : au terme du voyage, le pape invite à poursuivre le dialogue entre chrétiens et musulmans Salutations à la fin de la messe à Rabat (Texte intégral)

Maroc : le vibrant « merci » de la foule au pape Paroles de l’archevêque de Rabat

Maroc : la haine détruit « tout ce que nous aimons », prévient le pape Le regard du père, pour sortir de la question fratricide.

Le pape quitte le Maroc en souhaitant paix et prospérité Retour à Rome prévu à 21h30

Conférence de presse et retour

Maroc : tous « frères » avec un « très grand respect », souligne le pape Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (2)

« Nous sommes tous citoyens de Jérusalem », affirme le pape après l’appel signé au Maroc Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (3)

Plaidoyer du pape pour la liberté de conscience, même en Occident Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (4)

Protection des mineurs : il faut une lutte humaine et une lutte spirituelle, estime le pape Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (5)

Ces lames anti-migrants et les larmes du pape, parce que « le monde a oublié de pleurer » Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (6)

Europe: le pape suggère d’ « arrêter l’immigration par la générosité » Conférence de presse dans l’avion de Rabat à Rome (7)


A Sainte-Marie-Majeure, le pape François remercie la Vierge Marie pour son voyage au Maroc 72e visite du pape pour prier la Vierge Marie

Andrea Tornielli commente l’homélie du pape François à Rabat Dieu « cherche toutes les occasions de pardonner »


Sur quelques sites marocains

yabiladi.com, 01.04.19

Pape François : «Ma visite au Maroc m’a permis de parler de ce qui me touche au cœur»

«Ma visite au Maroc m’a permis de parler de ce qui me touche au cœur : la paix, l’unité, la fraternité», a affirmé dimanche le Pape François à son retour du Maroc.Lire la suite

Le Reporter.ma – 26.03.19

Visite du Pape François au Maroc, une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre les religions

La visite de Sa Sainteté le Pape François au Maroc, terre de paix, de tolérance et du vivre-ensemble prévue les 30 et 31 mars courant, ouvre une nouvelle page dans l’histoire du dialogue islamo-chrétien, facteur indispensable à la consécration des valeurs de tolérance et de coexistence dans le monde.

Cette première visite du Pape François dans un pays maghrébin est en effet porteur de grands espoirs pour la consolidation du dialogue interreligieux, le raffermissement du respect mutuel entre musulmans et chrétiens, ainsi que le renforcement de l’entente et du vivre-ensemble harmonieux entre les communautés et les nations.

Elle vient consacrer de même le statut du Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine en tant qu’acteur majeur au service du renforcement du dialogue, de la compréhension et du respect mutuels entre les mondes musulman et chrétien, et rempart contre l’extrémisme et les dérives qui menacent la paix et la sécurité mondiale.Lire la suite

Et dans le contexte régional…

Maghreb : des ponts du pape et de Mohammed VI aux déchirures inter-arabes

CHRONIQUE. Alors que, au Maroc, Mohammed VI, le commandeur des croyants, et le pape François en appelaient à une concorde des religions, les dirigeants arabes réunis à Tunis affichaient leur discorde.

Par notre correspondant à Tunis, Benoît Delmas Publié le 02/04/2019 à 13:55 | Le Point.fr

Folle séquence en Afrique du Nord. Alors que l’Algérie connaissait un nouveau vendredi de manifestations monstres contre le pouvoir, Rabat offrait le visage d’une union des musulmans et des catholiques pendant qu’à Tunis la Ligue arabe tenait son trentième sommet. Trois événements, trois leçons politiques.

Au Maroc, le pape et Mohammed VI main dans la main

Août 1985. Jean-Paul II foule le sol marocain, Hassan II en hôte gourmand. La photo des deux hommes est à elle seule un symbole : le commandeur des croyants avec le leader de la religion catholique. Trente-quatre ans après, le souverain chérifien et le souverain pontife ont récidivé dans un contexte géopolitique fort différent. Le mur de Berlin est tombé, entraînant dans sa chute la guerre froide et quelques idéologies. Le djihad s’est multiplié, d’Al-Qaïda à l’État islamique, de la Syrie au Sahel. Les deux autorités ont fustigé d’une même voix le radicalisme, prôné l’éducation et consacré Jérusalem. Une union religieuse fort politique.Lire la suite.

Abdelaziz Bouteflika, le long déclin
du héros de l'indépendance algérienne

Abdelaziz Bouteflika en 2009 devant ses supporters à Blida.
© Fayez Nureldine / AFP

Au pouvoir depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika a été contraint à la démission mardi 2 avril. Âgé de 82 ans, le chef de l’État algérien avait connu ces dernières années plusieurs problèmes de santé. Depuis son AVC en 2013, Abdelaziz Bouteflika aura été un président à éclipses.

Lorsque le 27 avril 2013, le Premier ministre au milieu d’une intervention publique à Béjaïa annonce que le président Bouteflika vient de faire un malaise « sans gravité » et qu’il a été admis à l’hôpital, cela sonne comme un coup de tonnerre en Algérie. Jusque-là, la santé du président était un véritable tabou avec, en corollaire, tout ce que cela entraîne comme rumeurs et spéculations, une pratique devenue depuis des décennies un sport national.

Après des années de secret, l’effort tardif de transparence du pouvoir algérien avait logiquement provoqué une onde de choc. « C’est donc si grave », se demandait-on d’Annaba à Oran… Cela l’était en effet. Malgré l’assurance donnée par ses médecins sur l’état de santé du chef de l’État qui « n’occasionne aucune inquiétude » et qui nécessite surtout du repos, la réalité s’est révélée tout autre.

Un président à demi-retraité

Les dernières années d’Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’État ont été ainsi plus ou moins un exercice du pouvoir à mi-temps. « Il faut cesser de parler de ma santé », s’était-il agacé après avoir admis avoir été « très, très malade, mais s’en être sorti de manière absolument fabuleuse ». À l’époque, les autorités algériennes n’avaient parlé que d’un « ulcère hémorragique au niveau de l’estomac » alors que selon des rapports diplomatiques américains, révélés par WikiLeaks, il s’agissait d’un cancer de l’estomac. Cela ne l'empêche pas toutefois en 2014 de briguer un quatrième mandat et d'être élu en dépit de tout... Chaque Algérien a en mémoire l'image du président en fauteuil roulant, poussé par son médecin, glissant son bulletin dans l'urne ce 17 avril 2014.

On était bien loin du jeune homme qui, en 1962, à 25 ans, devient ministre de la Jeunesse et du Tourisme dans le premier gouvernement de l’Algérie nouvellement indépendante sous la présidence d’Ahmed Ben Bella. Ce poste, où il se fera les dents, n’est décidément pas à la hauteur des ambitions d’Abdelaziz Bouteflika. Déjà repéré par Houari Boumedienne en 1958, en pleine guerre d’Algérie, il devient ministre des Affaires étrangères dès 1963 alors qu’il n’a que 26 ans. Il sera d’ailleurs à l’époque le plus jeune au monde à détenir un tel portefeuille. Il s’entoure de jolies femmes, fréquente les coûteuses boutiques de Paris et arbore cravates et gilets voyants, hissant sa petite taille sur des talonnettes. L’opposé en somme de son austère mentor, Houari Boumedienne qui a cependant pour lui toutes les indulgences.

Traversée du désert

Là, il peut déployer ses talents de diplomate qui se révèlent à la face du monde lorsqu’il préside la 29e session de l’Assemblée générale des Nations unies en 1974. Abdelaziz Bouteflika est partout. La diplomatie de l’Algérie, leader d’un tiers-monde en plein essor politique, sera pour le jeune ministre un espace à sa mesure. Avec le Groupe des 77 et le Mouvement des non-alignés, il incarne alors la parole de l’Algérie qui porte haut et fort.

Abdelaziz Bouteflika conservera les Affaires étrangères jusqu’à la mort de Houari Boumedienne en 1978. L’élection de Chadli Bendjedid marque un changement d’époque pour l’Algérie et même si Abdelaziz Bouteflika conserve un poste de ministre d’État, il n’est plus à l’avant-scène. L’heure des comptes a sonné et il devra justement en rendre. Épinglé par la Cour des comptes pour avoir détourné 60 millions de francs qu’il avait placés sur deux comptes en Suisse, exclu des instances du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Bouteflika entame une traversée du désert qui durera dix-huit ans.

L’homme est patient, il attend son heure depuis son exil européen. En 1987, il revient en Algérie où il retrouve, en 1989, sa place au Comité central du FLN. Mais il devra ronger encore son frein. Des émeutes violentes en 1988 déstabilisent le pouvoir de Chadli qui cèdera en 1992 sous les coups de boutoir du Front islamique du salut (FIS) qui remporte le premier tour des législatives. Le processus électoral est interrompu, Mohamed Boudiaf reprend les rênes à la tête d’un Haut comité d’État en janvier 1992 ; il est assassiné six mois plus tard. Le pays s’enfonce dans la guerre civile. En 1994, l’armée propose à Bouteflika la présidence mais il refuse, jugeant sa marge de manœuvre trop restreinte. Encore cinq ans de patience et, en 1999, celui que les Algériens appellent « Boutef » devient le septième président d’Algérie avec 74% des suffrages.

Un goût d’inachevé

Il vient d’avoir 62 ans et se retrouve à la tête d’un pays saigné à blanc par la guerre civile : entre 90 000 et 150 000 morts, on se tue, on s’égorge… Abdelaziz Bouteflika s’engage à mettre fin à la fitna, la discorde. C’est la Concorde civile : 6 000 hommes rendent les armes, les maquis se vident, la tension se relâche mais le terrorisme est loin d’être éradiqué. Tout au long des années Bouteflika, la Kabylie jouera le rôle de caillou dans la chaussure du président. L’abstention lors du scrutin présidentiel y atteint 95%. La région se soulève en 2001 : ce sera le Printemps noir. Des émeutes implacablement réprimées qui feront 126 morts et des milliers de blessés. Malgré la reconnaissance en tant que « martyrs » de ces victimes et des concessions notables à la spécificité berbère, la méfiance est toujours de mise entre le pouvoir algérien et la Kabylie.

Des heurts violents opposent des manifestants kabyles anti-Bouteflika et forces de l'ordre, à Alger, le 14 juin 2001. © AFP PHOTO HOCINE

Grâce à la manne apportée par les hydrocarbures qui se chiffre en milliards, l’Algérie de Bouteflika a pu progresser. Partout on construit, on crée des emplois, l’approvisionnement en eau s’améliore, l’autoroute Est-Ouest est en passe d’être complétée. Ce sont de réelles améliorations mais qui demeurent toutefois bien en deçà des immenses besoins des 38 millions d’Algériens dont près de la moitié a moins de 25 ans. Les émeutes contre la vie chère de janvier 2011 sont venues rappeler au pouvoir que tout n’allait pas aussi bien qu’il voulait le faire croire. Une situation d’autant plus inquiétante que l’économie du pays repose à 99% sur les hydrocarbures, une rente actuellement bien entamée et dont les spécialistes prédisent le tarissement dans la prochaine décennie. Un coup de frein brutal est d'ailleurs intervenu dès 2015 avec la chute des cours du pétrole.

Le mandat de trop

Au fil des années, Abdelaziz Bouteflika était parvenu à remettre son pays en selle sur la scène internationale. En s’associant avec les États-Unis dans la lutte antiterroriste, il était devenu incontournable dans la région. Cela dit, l’épineuse question du Sahara occidental lui aura autant résisté qu’à ses prédécesseurs.

Les ultimes années Bouteflika ont été conformes à l’idée qu’on se fait d’une fin de règne, malversations, corruptions et trahisons, rien n’y a manqué. Mais il aura néanmoins réussi, même très affaibli, à évincer le puissant général Mohamed Mediène, dit Toufik, le patron depuis un quart de siècle du Département du renseignement et de sécurité (DRS) qui disparaît. Dans le même élan, une brochette de généraux sont méthodiquement écartés en même temps que Bouteflika crée et place sous son autorité directe la Direction des services sécuritaires (DSS). Ainsi, en rompant avec des décennies de tutelle des généraux, Abdelaziz Bouteflika parvient enfin à accomplir ce qu'il souhaitait au-delà de tout en 1999 : reprendre en main le pays. Cela aurait dû lui permettre de préparer sa succession en ayant toute les cartes en main.

Après avoir été réélu largement au premier tour en 2004, en 2009 et en 2014, ce cinquième mandat semblait acquis il y a encore quelques semaines. Mais l'annonce de sa candidature a déclenché, à partir du 22 février, des manifestations et une contestation inédites. Jusqu'au bout, le président affaibli aura tenté de s'accrocher au pouvoir. C'était sans compter la détermination d'une population à bout et le lâchage de plusieurs de ses fidèles. Mardi 2 avril 2019, c'est l'un d'entre eux, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée, qui l'a finalement sommé de quitter le pouvoir immédiatement.

 

France: manifestation de soutien
aux Peuls du Mali à Paris

Rassemblement de soutiens des Peuls de région parisienne aux Peuls du Mali, gare Montparnasse, une semaine après le massacre dans le village d'Ogossagou, le 23 mars dernier, qui a fait 160 victimes.
© RFI/Lucas Martin

La communauté peule de Paris s'est rassemblée face à l’horreur. Une semaine après le massacre d'au moins 160 personnes dans le village d’Ogossagou au centre du Mali, environ 500 personnes ont manifesté samedi 30 mars, depuis la gare Montparnasse jusqu'à l’ambassade du Mali dans la capitale française.

Les manifestants redoutent que les violences s’amplifient et en appellent à une réaction forte du gouvernement malien.

Quand je vois mon peuple être massacré comme ça, je pense que c’est vraiment inadmissible. C’est juste pour dire au gouvernement malien qu’on a vraiment ras-le-bol d’entendre à chaque fois qu’il y a des Peuls qui sont assassinés à gauche, à droite… C’est des massacres en fait... si ça continue comme ça, c’est une marche vers le génocide. Les Dogons et les Peuls ont toujours existé. Même au jour d’aujourd’hui, au moment du massacre, il y a des villages de Peuls qui cohabitent avec des villages dogons et qui s’en fichent royalement du conflit. Donc, ce n’est pas un problème de Dogons. C’est un problème politique. L’armée malienne a sous-traité la sécurité des Maliens qu’elle a remise aux Dogons. Ça, il faut que ça s’arrête ! C’est la raison pour laquelle nous voulons une chose très simple: dissoudre toutes les milices qui existent au Mali. Procéder, donc, à leur désarmement total, (identifier) toutes les personnes qui sont impliquées dans ces massacres, y compris la milice Dan Nan Ambassagou, même les autorités maliennes qui sont des complices, pour que toutes ces personnes-là soient attrapées, jugées convenablement, afin que justice soit rétablie. Nous n’avons pas dit que nous allons casser des choses, tuer des gens… Non ! La violence est l’arme des faibles. Mais à un moment donné, aussi, il faut savoir dire stop ! »
Mimo Dia, organisateur de la manifestation peule de Paris, au micro de Lucas Martin
31-03-2019 - Par RFI
 

→A lire aussi - Mali: plus de cent morts dans un massacre dans le village peul d'Ogossagou

Le village d'Ogossagou dans le centre du Mali. © RFI

Statistiques au 1er janvier 2019

Au premier janvier 2019, il y avait dans la Société des Missionnaires d’Afrique 1191 membres venant de 36 différents pays  :

  1. 1 membre associé
  2. 33 diacres
  3. 12 évêques
  4. 84 frères
  5. 1061 pères

Examinez le nombre de confrères dans chaque province ou section selon leur pays d’origine.

Examinez le nombre de confrères dans chaque secteur d’Europe.

Les Missionnaires d'Afrique Pères Blancs France Statistiques

Le nombre et lieux. Au 1er Janvier 2019
+/-210 communautés dans le monde en 39 Pays
dont 20 Pays en Afrique

les Missionnaires d’Afrique sont au nombre de 1191
et de 36 nationalités
- Moyenne d'âge: 67,17

en noir = 2018

12 évêques 12
1061 prêtres 1066 de Serment Perpétuel
84 frères de Serment perpétuel 88
0 frère de Serment Temporaire
33 clercs de Serment perpétuel 43
1 associé 1

Total 1191 membres, 9 membres de moins qu’au 1er janvier 2018


Statistiques par Nationalité 1er Janvier 2019

Rappel 2018 1es Chiffres en bleu

Algériens

1 - 1

Kenyans

15 - 17

Allemands

112 - 106

Luxembourgeois

3 - 3

Américains (USA)

16 - 16

Malawites

11 - 13

Australiens

0 - 0

Maliens

8 - 8

Belges

135 - 124

Mexicains

10 - 10

Brésiliens

3 - 3

Mozambicains

1 - 1

Britanniques

41 - 41

Néerlandais

63 - 60

Burkinabé

53 - 56

Nigérians

13 - 12

Burundais

12 - 15

Ougandais

24 - 25

Canadiens

121 - 106

Philippins

8 - 8

Congolais

82 - 83

Polonais

18 - 18

Espagnols

68 - 64

Rwandais

11 - 14

Ethiopien

7 - 8

Soudanais

2 - 2

Français

178 - 171

Sud-Africains

0 - 0

Ghanéens

33 - 34

Suisses

25 - 24

Indiens

16 - 18

Tanzaniens

29 - 30

Irlandais

22 - 22

Togolais

11 - 13

Italiens

32- 33

Trinidad

1 - 1

Ivoiriens

1 - 1

Zambiens

32 - 33

Pour obtenir ces chriffres:
Les DIACRES ont été placés dans leur pays d'origine
Un ou l'autre confrère 'moins défini' a été placé dans le pays de dernière nomination.
Les Associés sont aussi comptés

CONFRERES EN PROVINCES le 1er Janvier 2019
en comptant les Associés (1 le 1/1/2017 et 1 le 1/1/2018)

Provinces ..............1er Janvier 2018 ....1er Janvier 2019
Groupe MG .......................30* .......................34
Section/Section EPO...........25 .........................30

Provinces en Afrique
Afr.Centr. (PAC) ......................94 .......................90
Afr. de l’Ouest (PAO) ............. 95.. ................... ..92
Afr.Australe (SAP) ...................94 ....................... 98
Ghana-Nigeria ..........................46 ........................44
Maghreb ................................. 31 ............ ........... 30
Afr. de l 'Est (EAP)................. .97 .........................93
SOA* .....................................16 ........................ 16
Province Amérique (AMS) ........125 ....................113
Province Europe (PEP) ............ 557 ...... .......... ...541
Total ......................................1232 ...................1191

*Le Groupe MG : Maison Généralice, Pisai,
* SOA : Inde, Philippines,

L’Europe par pays : (L’équipe provinciale d’Europe : 3)
................................1er Janvier 2018 ....1er Janvier 2019
Belgique ..................................112 ......................106
Allemagne+Luxembourg ...........97 ........................91
Espagne ..................................48 ..................... ...49
France ...................................160 ................ . ....153
Grande Bretagne ......................31 ........................35
Irelande ...................................13................ ... ....11
Italie ........................................24 ........................23
Pays Bas ..................... ...........43 ................. ......44
Pologne ............................... .....6 .................... .....5
Suisse .....................................21 .........................21

TOTAL.................................557........................541


B. STATISTIQUES EN FRANCE
au 1er Janvier 2019
Le nombre total des confrères Français est de 165
Il y a 149 confrères Français et 12 non Français en France
Il y a 28 confrères Français hors de France
Le nombre total de confrères (Français ou non et associé) dans la Province est de: 165


C . Jeunes en formation : nombre et lieux.Année Académique 2018-2019
480 (2017-2018 = 507) Etudiants originaires

Septembre 2018
En noir l'an passé

Pays :

1°Etape
Philo

2°Etape
A.spir.

3°Etape
Stage

4°Etape
Théo

Total

Afr. du Sud

-

-

-

-

-

Allemagne

0

0

-

0

0

Canada + USA

0

-

-

0

0

Belgique

-

-

-

-

-

Burkina

17- 20

4 - 5

11 - 19

27- 20

59 - 64

Burundi

8 - 6

2- 5

7 - 4

11- 10

28 - 25

Congo

43- 58

12 - 16

19- 17

32- 32

106 - 123

Côte d'Ivoire

3- 4

0- 1

1- 3

7 - 4

11 - 12

EPO - Ethiopie

1 - 1

0- 1

1- 0

4- 5

6 - 7

Espagne

-

-

-

0

0

France

-

-

-

-

0

G.B.

-

-

-

-

-

Ghana

19- 13

0 - 6

8 - 4

5 - 8

32- 31

AMS : Brésil

0

0

-

-

0

MG : India

6 - 8

1 - 1

2 - 4

9 - 10

18 - 23

AMS : Mexique

0

0

0 - 0

1 - 2

1 - 2

MG : Philippines

4 - 2

1- 0

2 - 2

0 - 1

7 - 5

Pologne

2- 2

0- 1

1- 0

0 - 1

3 - 4

Irlande

-

-

-

-

-

Italia

-

-

-

-

-

Kenya

11- 9

0 - 6

8- 5

8 - 9

27- 29

Malawi

14 - 14

1 - 2

4- 3

5 - 6

24 - 25

Mali

6 - 4

0- 0

0 - 1

3 - 4

9 - 9

Moçambique

4 - 5

2 - 1

1 - 1

3 - 1

10 - 8

Nederland

-

-

-

-

-

Nigeria

19 - 14

0 - 5

8- 6

5 - 7

32 - 32

Rwanda

7 - 5

2 - 0

4 - 4

7 - 9

20 - 18

Suisse

-

-

-

-

-

Soudan Sud

-

-

-

-

0

Tanzanie

10 - 7

1 - 1

2 - 2

2 - 3

15 - 13

Tchad

0- 0

0 - 0

0- 0

1- 1

1- 1

Togo

12 - 9

1 - 2

2 - 1

3 - 6

18 - 18

Ouganda

13 - 17

4 - 2

7 - 8

9 - 6

33 - 33

Zambie

10- 12

3 - 3

3- 4

4 - 6

20 - 25

TOTAL

209-210

34 -58

91-88

146 -151

480-507

Différence avec

l'année dernière

-1

-24

+3

-5

-27

se préparent à devenir Missionnaires d’Afrique

Nombre de candidats par année depuis 1990