Témoignages

 

 

kiye2021
 
 
 
Le secret de se refuser d'être un dirigeant ou un leader médiocre (Une réflexion du Père Vincent KIYE, Mafr)
 
Textes de méditation du jour :
Evangile : Lc 6, 39-42
«Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ;
alors tu verras clair
pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. » (Lc 6, 39-42)
Est-ce que c'est faux, ces propos de Jésus ? 
C'est plus que vrai. Appliquant cette interpellation au contexte politico-religieux de nos pays surtout en Afrique, nous comprendrons pourquoi nous avons une succession des dirigeants piètres ou médiocres. Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya n'avait-il pas raison ? Si tu fais exception, ne t'en prends pas à ma réflexion. Ce n'est qu'une analyse du contexte à partir des données de l'histoire dont nous disposons.
Frères et sœurs en Christ, à regarder de près, il n'y a aucun pays africains où la paix, la justice mieux, le bien-être est acquis.  Même pas ceux qui ont des richesses naturelles hors-normes.
Je peux me tromper certes, mais "les cris de mon peuple sont montés jusqu'à moi", dira le Seigneur à Moïse.
  Disons-nous la vérité, qu'est-ce qui fait défaut dans ces pays africains ? C'est une crise d'hommes certes, mais causée par un manque d'effort pour se débarrasser des petites médiocrités. Nous formons des communautés, des familles d'une platitude intolérable. La rigueur ou l'aspiration à l'excellence qui feraient tomber ces légèretés se voient accusées et assimilées aux antivaleurs. Personne ne se démarque de la mêlée. D'où la des modèles authentiques qui débouche sur la succession des dirigeants piètres ou médiocres. La question que nous devons nous poser est de savoir moi X, moi Y, qu'est-ce que je fais pour être différent de ceux que je confirme comme médiocres? Je dois d'abord enlever la médiocrité qui est en moi, que Jésus appelle enlèver d'abord la poutre qui est dans son œil ; afin de voir clair
pour enlever la paille qui est dans l’œil de l'autre, des actuels dirigeants médiocres (Cf. Feu Eminence Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya). 
Bien-aimés dans le Seigneur, comme vous pouvez le voir,  cet évangile ouvre à plusieurs interprétations possibles. Nous avons voulu donner à notre réflexion la présente orientation au regard des données de l'histoire dont nous disposons,  nous invitant tous et chacun à une prise de conscience de la mission que Dieu nous a confiée en tant que coopérateurs de l'œuvre de la création, à poursuivre cette creation du monde par la qualité de notre humanité et non par des médiocrités. C'est en cela que nous travaillerons à l'avènement d'un monde nouveau. Nous devons pour cela, prendre la résolution de nous débarrasser de tout ce qui empêche l'avènement d'un monde nouveau, chacun dans le cadre qui est le sien. En nous disant, le développement véritable commence ou passera par moi. Que chacun se refuse d'être médiocre quelque part. Ainsi, nous anticiperons l'avènement du règne de Dieu sur terre et cela, dans un bref délai.
Le Seigneur soit avec vous !
✍🏾 Père KIYE M. Vincent, Missionnaire d'Afrique
Paroisse de Nioro du Sahel
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Whatsapp : +22372657482
 
 

Côte d’Ivoire : dix choses à savoir sur Ibrahim Cissé Bacongo, choisi par Alassane Ouattara pour succéder à Bictogo au RHDP

Désigné secrétaire exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, le député-maire de Koumassi est un fidèle du chef de l’État, et compte parmi les membres les plus « politiques » de l’entourage présidentiel.

Par  - à Abidjan
Mis à jour le 7 septembre 2022 à 17:06
 
 
Cisse
 
 
Ibrahim Cissé Bacongo. © Twitter / Ibrahim Cissé Bacongo.
 

1. Successeur de Bictogo

Après le décès d’Amadou Soumahoro au mois de mai dernier, la désignation d’Adama Bictogo pour le remplacer au perchoir a de facto laissé une place vacante au secrétariat exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Pour occuper cette fonction-clé, la nomination de plusieurs personnalités a été envisagée par le président ivoirien Alassane Ouattara et a été discutée avec certains caciques du parti, dont Kandia Camara, ministre des Affaires étrangères et vice-présidente du parti, et Adama Bictogo.

Mamadou Touré, ministre de la Jeunesse et actuel porte-parole adjoint du parti, figurait en bonne place. Cela aurait permis de symboliser le rajeunissement du parti, mais le chef de l’État ne souhaitait pas qu’un membre du gouvernement occupe ce poste. Le ministre-conseiller auprès du président, Ibrahim Cissé Bacongo, qui avait fait savoir son intérêt pour le poste, lui a donc été préféré. Il a été désigné secrétaire exécutif, le 12 août.

2. Modéré

En choisissant Bacongo comme secrétaire exécutif, Ouattara s’assure d’avoir l’un de ses proches les plus politiques à la tête d’un organe stratégique du parti. La nomination de celui-ci en tant que conseiller spécial du président, chargé des affaires politiques avec rang de ministre, à la fin de juillet 2021, n’avait rien d’anodine : elle est en effet intervenue un peu plus d’un mois après le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, le 17 juin de la même année, et avant que le dialogue politique ne s’ouvre, au mois de décembre suivant. Or, Ibrahim Cissé Bacongo est jugé plus modéré que d’autres caciques du RHDP, et donc plus à même de discuter avec l’opposition.

À LIRECôte d’Ivoire : un an après son retour, Laurent Gbagbo sur un fil

3. Réorganisation

En tant que conseiller spécial du président, il a eu, avec d’autres leaders du RHDP, pour mission de restructurer le parti afin de préparer les élections locales de 2023 et la présidentielle de 2025. En février dernier, à l’issue de cette réorganisation, Alassane Ouattara avait désigné Gilbert Koné Kafana, maire de Yopougon et ministre des Relations avec les institutions, à la tête du directoire. Un poste vacant depuis le décès d’Amadou Gon Coulibaly, en 2020. La nouvelle équipe avait notamment pour mission de rapprocher les cadres de la base.

Désormais secrétaire exécutif, Bacongo aura donc la charge, aux côtés de Gilbert Koné Kafana, de préparer le parti pour les prochaines échéances électorales. Au lendemain de l’élection des secrétaires départementaux du RHDP, il travaillera notamment à renforcer l’implantation du parti sur le territoire.

À LIRECôte d’Ivoire : Gilbert Koné Kafana, le « Monsieur Loyal » du RHDP

4. Tensions

Si Kafana et Bacongo sont tous deux des hommes de dossiers, ce sont aussi, chacun dans leur style, de fortes personnalités. Des tensions sont déjà apparues entre le secrétaire exécutif et le patron du directoire au cours de réunions où les discussions ont parfois été houleuses. Une atmosphère qui pousse certains cadres du RHDP à la prudence quant au fonctionnement du parti et à l’évolution de cette relation.

5. Juriste

Né le 8 mars 1955 à Mankono, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire, Ibrahim Cissé Bacongo, a effectué ses études de droit à l’université de Toulouse, en France, où il a obtenu un diplôme d’études supérieures spécialisées en droit des affaires en 1988 et un doctorat en 1990. De retour en Côte d’Ivoire, il a enseigné pendant une dizaine d’années à la faculté de droit de l’université Félix Houphouët-Boigny, jusqu’en 2001, tout en travaillant en parallèle dans des cabinets d’avocats.

6. Porte-plume

Si Bacongo n’est pas un membre fondateur du Rassemblement des républicains (RDR), aujourd’hui devenu le RHDP, il se définit tout de même comme « un militant de la première heure ». Avant même de rejoindre le parti et de devenir le directeur de cabinet de l’un de ses fondateurs, Djéni Kobina – venu des rangs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) –, Bacongo s’était fait remarquer par ses éditoriaux et prises de position dans la presse. À chaque attaque contre Alassane Ouattara, il n’hésitait pas à prendre la plume.

 

Ibrahim Cissé Bacongo © Twitter / Ibrahim Cissé Bacongo.

 

Ibrahim Cissé Bacongo © Twitter / Ibrahim Cissé Bacongo.

 

ll a publié Si c’était à refaire… Chronique d’un parcours, un recueil qui compile, en deux tomes, ses chroniques sur l’actualité politique ivoirienne de ces trente dernières années. Dans la toute première, datée de 1995, il donne son avis sur le débat autour du vote des étrangers.

7. Ouattara et lui

Il avance deux raisons pour expliquer son engagement politique : la qualité de la gestion d’Alassane Ouattara lorsque celui-ci était Premier ministre d’Houphouët-Boigny et les conditions de son départ en 1993. « Lorsqu’il est parti de la Primature après avoir fait l’objet d’une volée de bois verts, sous prétexte qu’il rechignait à rendre le pouvoir à celui qui en était l’héritier, [Ouattara] a fait l’objet de toutes sortes de méchancetés, d’injustice et d’ingratitude », se souvient-il. Et d’ajouter : « Pour le reste, je me suis retrouvé dans le parti comme engagé dans un combat pour ma propre survie. La notion d’ivoirité a été un véritable point de bascule. »

À LIRECe jour là : le 7 décembre 1993, la mort d’Houphouët-Boigny

Ce n’est cependant qu’en 1998 qu’a lieu le premier tête-à-tête entre les deux hommes. Ouattara, alors directeur adjoint du FMI, avait invité Bacongo à son domicile de Blockhauss, à Abidjan, et voulait s’entretenir au sujet d’un article de ce dernier sur les pays pauvres très endettés (PPTE). Leur échange durera plus d’une heure et marquera le début d’une relation à la fois politique et fraternelle, aux dires de Bacongo.

8. Certificat de nationalité

En 2002, c’est Bacongo qui a été chargé de se rendre à Dimbokro, dans le centre du pays, pour obtenir le précieux certificat prouvant la nationalité ivoirienne du futur président. Au fil des années, Bacongo est devenu un poids lourd du RDR, puis du RHDP et un membre de l’entourage du président. Il a occupé plusieurs portefeuilles ministériels, dont celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de 2005 à 2014.

Cité dans un scandale de détournement de fonds destinés à la rénovation d’universités et devenu la cible de manifestations d’étudiants, Bacongo a toujours clamé son innocence dans cette affaire. Il a ensuite été ministre de la Fonction publique de 2014 à 2016, avant de se voir confier un dossier très sensible par le président : la réforme constitutionnelle.

À LIRECôte d’Ivoire : Alassane Ouattara face au malaise étudiant

9. Architecte de la Constitution

En février 2016, Ouattara nomme Bacongo conseiller spécial en charge des affaires juridiques. Ce dernier est alors l’un des principaux architectes du projet de Constitution. Celle-ci avait été adoptée malgré un appel au boycott de l’opposition, faisant entrer le pays dans la IIIe République. Parmi les principaux changements apportés par le projet de nouvelle Constitution, l’évacuation du concept d’« ivoirité », la création d’un poste de vice-président et d’un Sénat, l’institutionnalisation de la Chambre des rois et des chefs traditionnels, ainsi que l’extension du domaine de compétence du Conseil économique et social à l’environnement.

À LIRE[Série] Côte d’Ivoire : Dessine-moi une Constitution (1/10)

Si, comme certains cadres de son parti, Bacongo avait affirmé que cette nouvelle Constitution ne permettait pas au président de briguer un troisième mandat, il est ensuite revenu sur ses propos dans un long texte publié sur Facebook en 2020, pour expliquer qu’il ne s’agissait « ni plus, ni moins que d’un avis susceptible d’avis contraires ».

10. Maire de Koumassi

Depuis son élection en tant que maire de l’une des communes les plus peuplées d’Abidjan en 2018, puis, en mars 2021, de député de la circonscription de Koumassi, Bacongo travaille à atteindre l’objectif annoncé dans son slogan de campagne : « Koumassi autrement, c’est possible ».

À LIRECôte d’Ivoire : ces maires abidjanais qui se distinguent

En plus de changer l’image de la commune, le maire espère y développer des pôles d’activités en regroupant les professionnels dans des lieux dédiés. Il a multiplié les opérations controversées de déguerpissement de commerces installés sur la voie publique et dégagé les artères principales de la ville. Il a également fait de l’assainissement et de la sécurité ses priorités.

Au Burkina Faso, le Balai citoyen s'inquiète de l'arrestation d'un de ses leaders

 bambara

Ce lundi 5 septembre, Ollo Mathias Kambou, membre de la coordination nationale de l'organisation, a participé à une émission de radio portant sur le bilan du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) au pouvoir. Selon le Balai citoyen, il a été enlevé en ville peu après l'enregistrement de l'émission, par des hommes en civil.

L'organisation explique avoir retrouvé la trace d’Ollo Mathias Kambou au service de recherches de la gendarmerie à Ouagadougou, sans savoir ce qu'on lui reprochait.

Des méthodes dénoncées par Zinaba Rasmané, responsable de l'organisation au sein de la coordination nationale du Balai citoyen. « Ces genres d’arrestation cavalières ne sont pas du fait des Républiques qui se respectent (...) On est porté de penser que c’est une manière de casser le rythme de la mobilisation aujourd’hui des masses populaires par rapport à tout ce que nous voyons en termes de ratés dans la gouvernance. Cet acte n’est pas un acte anodin. Il fait suite à d’autres actes qui nous rappellent encore que nous devons nous mobiliser pour les libertés individuelles et collectives dans ce pays. Cet acte nous rappelle encore que les voix discordantes vis-à-vis du régime ne sont pas très bien appréciées et très bien écoutées. Pour ces raisons-là, nous pensons qu’aucune intimidation ne peut entamer la longue marche de notre peuple vers la libération, vers la liberté. Et pour cela, nous sommes confiants et nous sommes mobilisés, et nous restons galvanisés pour la suite à donner et pour que déjà, notre camarade soit libre, mais surtout que ceux qui ont brûlé ces actes-là répondent devant notre peuple et devant les juridictions en la matière ».

Les voix discordantes vis-à-vis du régime ne sont pas très bien appréciées et très bien écoutées

Zinaba Rasmané, responsable à la coordination nationale du Balai citoyen

dfunts

Mali: Bouaré Fily Sissoko écrit au président Goita pour être jugée rapidement

 

Cela fait un an qu'elle est emprisonnée à Bamako, Bouaré Fily Sissoko, vient d'adresser une lettre ouverte au président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. L'ancienne ministre de l'Économie avait été arrêtée en, même temps que l'ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, puis placée sous mandat de dépôt dans le cadre d'une enquête de la justice malienne sur deux dossiers sulfureux : celui de l'achat de l'avion présidentiel et celui des contrats d'équipements militaires surfacturés.

Elle ne demande pas de grâce présidentielle, ni aucune faveur ou mesure d'exception. Bouaré Fily Sissoko s'adresse au président de transition, le colonel Assimi Goïta, en tant que « recours ultime » pour que la procédure qui la vise « puisse connaître un dénouement rapide ». En clair, pour que le procès qui l'attend puisse enfin se tenir.

L'ancienne ministre juge « difficile à comprendre » son maintien en détention provisoire depuis un an et estime que l'attente « se prolonge sans raison évidente objective ». Et de rappeler que tous les rapports d'audits, procès-verbaux d'enquête et autres pièces administratives ou comptables nécessaires « sont disponibles ». Bouaré Fily Sissoko rappelle d'ailleurs avoir versé elle-même tous les documents dont elle disposait, et s'être montrée disponible « à comparaître à tout moment » devant la Justice, et cela, avant même son arrestation, alors que le poste qu'elle occupait à l'Uemoa lui conférait une immunité dont elle n'a pas cherché à jouir.

« Livrer sa part de vérité »

Bouaré Fily Sissoko explique vouloir « livrer sa part de vérité » et « sortir blanchie de tout soupçon » afin que « [ses] enfants [...] puissent toujours marcher la tête haute » au Mali. Elle assure s'être toujours évertué à mettre « la transparence » au cœur de son action et cite en exemple ses déclarations de bien, « toujours déposées dans les délais » au cours de son parcours dans la fonction publique de 2000 à 2015.

À ce sujet, l'ancienne ministre « regrette que l'institution judiciaire ne mette pas souvent l'accent » sur la présomption d'innocence dont elle est pourtant censée bénéficier, et déplore être « jetée en pâture ».

Elle a un mot pour ses co-détenues de la prison pour femmes de Bollé, à Bamako, dont elle décrit la « détresse » – certaines attendent depuis plus de deux ans d'être présentées à un juge d'instruction – et un autre pour l'administration pénitentiaire à qui elle « rend hommage ».

Hommage à Soumeylou Boubeye Maïga

Elle en a aussi un pour l'ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, mort en détention après de multiples demandes d'évacuation sanitaire restées vaines. En mars, la femme de Soumeylou Boubeye Maïga avait, elle aussi, adressé une lettre ouverte au chef de la Transition, le suppliant de laisser son mari partir se soigner et s'engageant ce qu'il revienne comparaître. Soumeylou Boubeye Maïga était finalement mort, détenu, trois semaines plus tard.

Bouaré Fily Sissoko « s'incline pieusement » devant sa mémoire sans formuler aucun reproche aux autorités de transition, mais en rappelant simplement être « préoccupée » par le temps pris par la procédure qui la vise, « notamment au regard de son âge, 67 ans, et de l'espérance de vie très limitée dans nos pays ».

Sous-catégories

Les informations sur nos maisons de formation datent de quelques années, et nous avons demandé aux responsables de ces maisons de nous donner des nouvelles plus récentes.
La première réponse reçue vient de Samagan, le noviciat près de Bobo-Dioulasso (lire la suite)

 

La deuxième réponse nous a été donnée par la "Maison Lavigerie", notre maison de formation à la périphérie de Ouagadougou, où les candidats ont leurs trois premières années de formation (lire la suite)