Justice et Paix

" Je suis homme, l'injustice envers d'autres hommes révolte mon coeur. Je suis homme, l'oppression indigne ma nature. Je suis homme, les cruautés contre un si grand nombre de mes semblables ne m'inspirent que de l'horreur. Je suis homme et ce que je voudrais que l'on fit pour me rendre la liberté, l'honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de ces peuples l'honneur, la liberté, la dignité. " (Cardinal Lavigerie, Conférence sur l'esclavage africain, Rome, église du Gesù)

 

NOS ENGAGEMENTS POUR LA JUSTICE T LA PAIX
S'EXPRIMENT DE DIFFÉRENTES MANIÈRES :

En vivant proches des pauvres, partageant leur vie.
Dans les lieux de fractures sociales où la dignité n'est pas respectée.
Dans les communautés de base où chaque personne est responsable et travaille pour le bien commun.
Dans les forums internationaux pour que les décisions prises ne laissent personne en marge.

Dans cette rubrique, nous aborderons différents engagements des Missionnaires d'Afrique, en particulier notre présence auprès des enfants de la rue à Ouagadougou et la défense du monde paysan.

 

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Le Groupe d'Initiative France-Rwanda (GIFR) dénonce le transfert vers le Rwanda de milliers de demandeurs d'asile africains en Europe.

Le Groupe d'Initiative France-Rwanda (GIFR) dénonce le transfert vers le Rwanda de milliers de demandeurs d'asile africains en Europe.
Le Groupe d'Initiative France-Rwanda (GIFR) dénonce le transfert vers le Rwanda de milliers de demandeurs d'asile africains en Europe.

COMMUNIQUE DU GIFR

Jusqu'à 30 000 migrants africains vont être évacuées de Libye vers le Rwanda. C'est ce que révèle ce matin un article de Radio France Internationale - RFI.

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20190912-accord-accueil-migrants-rwanda-libye-politique

Au passage, le Rwanda recevra de l'Union Européenne des millions de dollars. Kigali et l'UE refusent d'évoquer le prix de cette honteuse transaction qui ressemble à un banal trafic d'êtres humains.

A défaut de les accueillir dans les pays de l'Union Européenne, la solution de sagesse serait ou aurait été de renvoyer ces migrants dans leurs pays respectifs.

En effet, contrairement à ce que l'on cherche à faire croire à l'opinion mal ou peu informée, la Côte d'ivoire, le Sénégal, la Guinée, le Mali, l’Érythrée, l'Éthiopie, le Soudan et les autres pays concernés n'ont jamais refusé d'accueillir leurs ressortissants refoulés.

L'on est donc en droit de se demander pourquoi le général Paul Kagame veut à tout prix récupérer ces milliers de jeunes Africains. Ce n'est certainement pas pour des raisons humanitaires. Il s'agit en réalité d'un coup médiatico-diplomatique pour s'attirer les bonnes grâces de l'Union Européenne. C'est aussi un pied de nez à ses homologues africains à qui il ne cesse de faire la leçon, dans son obsession à se faire passer pour un panafricaniste auprès de l'opinion africaine.

Selon des sources rwandaises bien informées, ce deal serait l'aboutissement d'un plan longtemps mûri par le régime de Paul Kagame avec la complicité de certains gouvernements européens qui tenteraient de sauver leur désormais "homme à tout faire", Paul Kagame empêtré dans des conflits incessants avec la plupart de ses voisins.

L'Union Européenne risque donc de financer la création d'une armée de mercenaires africains pour déstabiliser la région des grands lacs.

Le Groupe d'Initiative France-Rwanda - GIFR condamne le soutien politique et diplomatique de l'Union Européenne au dictateur Paul Kagame responsable de nombreux crimes contre l'humanité et de génocides contre les peuples de la région des grands lacs.

Au moment où des dizaines de milliers de familles rwandaises se réfugient dans les pays voisins pour fuir la famine endémique sévissant dans leur pays, l'arrangement entre l'Union Européenne et le gouvernement rwandais est contraire au bon sens. Il va à l'encontre des intérêts des migrants africains traités comme du bétail par le monde dit civilisé.

Cet arrangement immoral est enfin contraire aux intérêts du Rwanda, pays surpeuplé et un des plus gros exportateurs nets de réfugiés économiques et politiques en Afrique. 

Le Groupe d'Initiative France-Rwanda (GIFR) saisit cette opportunité pour demander à l'Union Européenne de revenir sur sa décision de financer le transfert au Rwanda de milliers de jeunes migrants africains qui ne l'ont jamais demandé.

Fait à Paris, le 13 septembre 2019

Le Groupe d'Initiative France-Rwanda - GIFR

Message de François
Pour la 105ème Journée mondiale du MIGRANT et du REFUGIE

29 septembre 2019.

« « Mettre les derniers à la première place »

Cultiver la « compassion », « passer tout de suite à l’action pour soulager, soigner et sauver », c’est l’encouragement du pape François pour la 105e Journée mondiale du Migrant et du Réfugié (JMMR), qui sera célébrée le 29 septembre 2019. « Il s’agit de mettre les derniers à la première place » car la vraie devise du chrétien est “d’abord les derniers !” et non pas « moi d’abord et les autres après ».

« Il ne s’agit pas seulement de migrants », s’intitule le message du pape, qui souligne que dans un monde « chaque jour plus élitiste et cruel envers les exclus », la cause des migrants concerne « nous tous », le « présent et… l’avenir de la famille humaine ».

Dans ce message publié ce 27 mai 2019, le pape met en garde contre le « déclin moral qui nous guette si l’on continue à concéder du terrain à la culture du rejet » et invite « à retrouver certaines dimensions essentielles de notre existence chrétienne et de notre humanité ». En prenant soin des migrants, « nous grandissons tous », affirme-t-il.

« Le problème n’est pas tant d’avoir des doutes et des craintes », estime encore le pape : « Le problème, c’est quand ceux-ci conditionnent notre façon de penser et d’agir au point de nous rendre intolérants, fermés, et peut-être même… racistes. »

« Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de n’exclure personne », poursuit-il en dénonçant l’exploitation des ressources naturelles et humaines « au profit de quelques marchés privilégiés » et le commerce des armes : « Ceux qui en font les frais, ce sont toujours les petits, les pauvres, les plus vulnérables, qu’on empêche de s’asseoir à table et à qui on laisse les “ miettes ” du banquet. »

Il exhorte donc à se « libérer des exclusions, de l’indifférence et de la culture du déchet » et à « faire de la place à la tendresse ».

AK

 

Message du pape François

 

Texte intégral


Chers frères et sœurs,

La foi nous assure que le Royaume de Dieu est déjà présent sur la terre de façon mystérieuse (cf. CONC. ŒCUM. VAT. II, Const. Gaudium et spes, n. 39) ; cependant, de nos jours encore, nous devons constater avec douleur qu’il rencontre des obstacles et se heurte à des forces contraires. De violents conflits et de véritables guerres ne cessent de déchirer l’humanité ; les injustices et les discriminations se succèdent ; on peine à surmonter les déséquilibres économiques et sociaux, à l’échelle locale ou mondiale. Et ce sont surtout les plus pauvres et les plus défavorisés qui font les frais de tout ceci.

Les sociétés économiquement les plus avancées ont tendance à développer en leur sein un individualisme accentué qui, uni à une mentalité utilitariste et multiplié par le réseau médiatique, produit la “ mondialisation de l’indifférence ”. Dans ce contexte, les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées et les victimes de la traite des personnes sont devenus l’emblème de l’exclusion car, au-delà des malaises que comporte en soi leur condition, on fait peser sur eux un jugement négatif qui les considère comme cause des maux de la société. L’attitude à leur égard constitue une sonnette d’alarme qui nous avertit du déclin moral qui nous guette si l’on continue à concéder du terrain à la culture du rejet. De fait, sur cette voie, tout sujet qui ne rentre pas dans les canons du bien-être physique, psychique et social court le risque de la marginalisation et de l’exclusion.

 

C’est pourquoi la présence des migrants et des réfugiés – comme, en général, des personnes vulnérables – représente aujourd’hui une invitation à retrouver certaines dimensions essentielles de notre existence chrétienne et de notre humanité, qui risquent de s’assoupir dans un style de vie rempli de confort. C’est en cela que l’expression « il ne s’agit pas seulement de migrants » signifie qu’en nous intéressant à eux, nous nous intéressons aussi à nous et à tous ; en prenant soin d’eux, nous grandissons tous ; en les écoutant, nous laissons aussi parler cette part de nous que nous gardons peut-être cachée parce qu’aujourd’hui elle n’est pas bien vue.

 

« Courage, c’est moi, n’ayez pas peur ! » (Mt 14, 27). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit aussi de nos peurs. Les méchancetés et les laideurs de notre temps accroissent « notre crainte des “ autres ”, les inconnus, les marginalisés, les étrangers […]. Cela se constate particulièrement aujourd’hui, face à l’arrivée de migrants et de réfugiés qui frappent à notre porte à la recherche de protection, de sécurité et d’un avenir meilleur. La crainte est légitime, notamment parce qu’il manque une préparation à cette rencontre » (Homélie, Sacrofano, 15 février 2019). Le problème n’est pas tant d’avoir des doutes et des craintes. Le problème, c’est quand ceux-ci conditionnent notre façon de penser et d’agir au point de nous rendre intolérants, fermés, et peut-être même – sans nous en rendre compte – racistes. Ainsi la peur nous prive du désir et de la capacité de rencontrer l’autre, la personne qui est différente de moi ; elle me prive d’une occasion de rencontre avec le Seigneur (cf. Homélie de la Messe pour la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié, 14 janvier 2018).

 

« Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? » (Mt 5, 46). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de charité. Grâce aux œuvres de charité, nous démontrons notre foi (cf. Jc 2, 18). Or, la charité la plus élevée est celle qui s’exerce envers ceux qui ne sont pas en mesure de rendre la pareille, ni même peut-être de remercier. « Ce qui est en jeu, c’est le visage que nous voulons nous donner comme société et la valeur de toute vie. […] Le progrès de nos peuples […] dépend surtout de la capacité de se laisser remuer et toucher par celui qui frappe à la porte et qui, avec son regard, discrédite et prive d’autorité toutes les fausses idoles qui hypothèquent la vie et la réduisent en esclavage ; idoles qui promettent un bonheur illusoire et éphémère, construit aux marges de la réalité et de la souffrance des autres » (Discours à la Caritas Diocésaine de Rabat, 30 mars 2019).

« Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui, le vit et fut pris de pitié » (Lc 10, 33). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de notre humanité. Ce qui pousse ce Samaritain – un étranger par rapport aux juifs – à s’arrêter, c’est la compassion : un sentiment qui ne s’explique pas seulement au niveau rationnel. La compassion fait vibrer les cordes les plus sensibles de notre humanité, provoquant un élan irrépressible à nous “ faire le prochain” de ceux que nous voyons en difficulté. Comme Jésus lui-même nous l’enseigne (cf. Mt 9, 35-36 ; 14, 13-14 ; 15, 32-37), avoir de la compassion signifie reconnaître la souffrance de l’autre et passer tout de suite à l’action pour soulager, soigner et sauver. Avoir de la compassion signifie faire de la place à la tendresse, que la société contemporaine nous demande si souvent, au contraire, de réprimer.

 

« S’ouvrir aux autres n’appauvrit pas mais enrichit, car cela aide à être plus humain ; à se reconnaître partie active d’un ensemble plus grand et à interpréter la vie comme un don pour les autres ; à voir comme but, non pas ses propres intérêts mais le bien de l’humanité » (Discours à la mosquée “ Heydar Aliyev ” de Bakou, Azerbaïdjan, 2 octobre 2016).

 

« Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits : car, je vous le dis, leurs anges aux cieux voient constamment la face de mon père qui est aux cieux » (Mt 18, 10). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de n’exclure personne. Le monde actuel est chaque jour plus élitiste et cruel envers les exclus. Les pays en voie de développement continuent d’être appauvris de leurs meilleures ressources naturelles et humaines au profit de quelques marchés privilégiés. Les guerres ne concernent que quelques régions du monde, mais les armes pour les faire sont produites et vendues dans d’autres régions qui, ensuite, ne veulent pas se charger des réfugiés produits par ces conflits. Ceux qui en font les frais, ce sont toujours les petits, les pauvres, les plus vulnérables, qu’on empêche de s’asseoir à table et à qui on laisse les “ miettes ” du banquet (cf. Lc 16, 19-21).

 

« L’Église “ en sortie ” […] sait prendre l’initiative sans crainte, aller à la rencontre, chercher ceux qui sont loin et arriver aux croisées des chemins pour inviter les exclus » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 24). Le développement qui exclut rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Le développement véritable est celui qui se propose d’inclure tous les hommes et toutes les femmes du monde, en favorisant leur croissance intégrale, et qui se préoccupe aussi des générations futures.

 

« Celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l’esclave de tous » (Mc 10, 43-44). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de mettre les derniers à la première place. Jésus-Christ nous demande de ne pas céder à la logique du monde, qui justifie la prévarication sur les autres pour mon avantage personnel ou celui de mon groupe : moi d’abord et les autres après ! Or la vraie devise du chrétien, c’est “d’abord les derniers ! ”. « Un esprit individualiste est un terrain fertile pour la maturation de cette attitude d’indifférence envers le prochain, qui porte à le traiter comme simple objet d’achat et de vente, qui pousse à se désintéresser de l’humanité des autres et finit par rendre les personnes craintives et cyniques. Ces sentiments ne sont-ils pas ceux que nous éprouvons souvent devant les pauvres, les marginaux, les derniers de la société ? Et combien de derniers avons-nous dans nos sociétés ! Parmi ceux-ci, je pense surtout aux migrants, avec leur poids de difficultés et de souffrances qu’ils affrontent chaque jour dans la recherche, parfois désespérée, d’un lieu où vivre en paix et avec dignité » (Discours au Corps diplomatique, 11 janvier 2016). Dans la logique de l’Évangile, les derniers viennent en premier et nous devons nous mettre à leur service.

 

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10, 10). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de toute la personne, de toutes les personnes. Dans cette affirmation de Jésus, nous trouvons le cœur de sa mission : faire en sorte que tous reçoivent le don de la vie en plénitude, selon la volonté du Père. Dans toute activité politique, dans tout programme, dans toute action pastorale, nous devons toujours mettre au centre la personne, sous ses multiples dimensions, y compris sa dimension spirituelle. Cela vaut pour toutes les personnes, auxquelles doit être reconnue l’égalité fondamentale. Par conséquent, « le développement ne se réduit pas à la simple croissance économique. Pour être authentique, il doit être intégral, c’est-à-dire promouvoir tout homme et tout l’homme » (SAINT PAUL VI, Enc. Populorum progressio, n. 14).

 

« Ainsi donc vous n’êtes plus des étrangers ni des hôtes ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la maison de Dieu » (Ep 2, 19). Il ne s’agit pas seulement de migrants : il s’agit de construire la cité de Dieu et de l’homme. À notre époque, appelée aussi l’ère des migrations, nombreuses sont les personnes innocentes qui tombent en victimes dans le “ grand piège ” du développement technologique et de la consommation sans limites (cf. Enc. Laudato si’, n. 34).

 

Aussi se mettent-elles en voyage vers un “ paradis ” qui trahit inexorablement leurs attentes. Leur présence, parfois dérangeante, contribue à dissiper les mythes d’un progrès réservé à quelques-uns, mais bâti sur l’exploitation de la multitude. « Il s’agit alors de voir, nous d’abord et d’aider ensuite les autres à voir dans le migrant et dans le réfugié non pas seulement un problème à affronter, mais un frère et une sœur à accueillir, à respecter et à aimer, une occasion que la Providence nous offre pour contribuer à la construction d’une société plus juste, une démocratie plus accomplie, un pays plus solidaire, un monde plus fraternel et une communauté chrétienne plus ouverte, selon l’Évangile » (Message pour la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié 2014).

 

Chers frères et sœurs, la réponse au défi posé par les migrations contemporaines peut se résumer en quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer. Mais ces verbes ne valent pas seulement pour les migrants et pour les réfugiés. Ils expriment la mission de l’Église envers tous les habitants des périphéries existentielles, qui doivent être accueillis, protégés, promus et intégrés. Si nous mettons ces verbes en pratique, nous contribuons à construire la cité de Dieu et de l’homme, nous encourageons le développement humain intégral de toutes les personnes et nous aidons aussi la communauté mondiale à s’approcher des objectifs du développement durable qu’elle s’est donnés et qu’il sera difficile d’atteindre autrement.

 

Donc, ce n’est pas seulement la cause des migrants qui est en jeu, ce n’est pas seulement d’eux qu’il s’agit, mais de nous tous, du présent et de l’avenir de la famille humaine. Les migrants, et spécialement ceux qui sont plus vulnérables, nous aident à lire les “ signes des temps ”. À travers eux, le Seigneur nous appelle à une conversion, à nous libérer des exclusions, de l’indifférence et de la culture du déchet. À travers eux, le Seigneur nous invite à nous réapproprier notre vie chrétienne dans son entier et à contribuer, chacun selon sa vocation, à l’édification d’un monde qui corresponde toujours davantage au projet de Dieu.

 

C’est le vœu que j’accompagne de ma prière en invoquant, par l’intercession de la Vierge Marie, Notre-Dame de la Route, d’abondantes bénédictions sur tous les migrants et les réfugiés du monde entier et sur ceux qui se font leurs compagnons de voyage.

 

Du Vatican, le 27 mai 2019

 

FRANÇOIS

Des pesticides causent la mort
de plusieurs personnes au Burkina Faso

Des femmes vendent des fraises dans un marché ouvert à Ouagadougou, le 6 mars 2017.
© ISSOUF SANOGO / A.F.P.

Au moins 18 morts suite à une intoxication alimentaire dans deux régions différentes du pays. Une quinzaine d'autres personnes est toujours en observation dans les centres de santé. Selon les premières enquêtes, ces cas de décès seraient dûs à la consommation d’aliments contaminés par des pesticides.

Treize personnes sont décédées le 1er septembre dans la localité de Didyr dans la région du centre-ouest. Le 9 septembre, cinq cas de décès sont signalés sur la quinzaine de personnes concernées à Nayamtenga dans la province du Kouritenga.

Selon la professeure Léonie Claudine Lougué, ministre de la Santé, les premières enquêtes révèlent que tous ces décès sont liés à une intoxication alimentaire due aux pesticides.

« À Didyr, explique-t-elle, les investigations ont été faites sur les prélèvements de produits biologiques comme le sang, les urines. On a trouvé un taux anormalement élevé de pesticides. Dans les aliments consommés également, il y avait un taux anormalement élevé de pesticides. Il y a plusieurs familles de pesticides. »

Pesticides pour protéger le mil contre les chenilles

Les pesticides incriminés sont utilisés dans l’agriculture, ils avaient servi à protéger le mil contre les chenilles. La ministre de la Santé recommande aux familles de se référer désormais au ministère en charge de l’Agriculture en matière d’utilisation des pesticides. Il faut, dit-elle, « suivre scrupuleusement les recommandations du ministère en charge de l'Agriculture en matière de choix et d'utilisation de pesticides ».

Toutes les personnes concernées par ces intoxications ont été évacuées dans le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Pouytenga et au centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo à Ouagadougou, pour une meilleure prise en charge, selon la ministre de la Santé.

 

Sénégal: campagne de Greenpeace
contre les usines de farine de poisson

Étape à Dakar pour l’Arctic Sunrise, le brise-glace de l’ONG Greenpeace en expédition de l’Arctique à l’Antarctique pour sensibiliser sur la protection des océans. L’occasion pour l’organisation de défense de l’environnement de présenter son rapport sur le
© RFI/Charlotte Idrac

Étape à Dakar pour l’« Arctic Sunrise », le brise-glace de l’ONG Greenpeace en expédition de l’Arctique à l’Antarctique pour sensibiliser sur la protection des océans. L’occasion pour l’organisation de défense de l’environnement de présenter son rapport sur les usines de farine et d’huile de poisson en Afrique de l’Ouest. Reportage au Sénégal.

Couleurs de l’arc-en-ciel en proue et sous un soleil de plomb, l’Arctic Sunrise fait une pause dans son périple de pôle en pôle. À l’intérieur, Voré Gana Seck de l’ONG Green Sénégal est un peu souffrante, mais retrouve sa verve pour dénoncer les usines de farines de poisson au Sénégal : « C’est une catastrophe. Pour une tonne de farine de poisson, il faut cinq tonnes de poissons. Il nous faut une régulation sinon nos mers vont être pompées. Et quand nos pêcheurs n’ont plus accès à la ressource, qu’est-ce qu’ils font ? Ils prennent les pirogues. »

« On a un problème de sécurité alimentaire »

Ces farines sont exportées pour nourrir les poissons d’élevage ou d’autres animaux. Selon Greenpeace, une cinquantaine d’usines opèrent au Sénégal, en Gambie, et surtout en Mauritanie. Le défenseur de l’environnement Hidi Taleb Ely est venu de Nouadhibou : « La majorité, ce sont des Chinois et des Turcs. On a un problème de sécurité alimentaire. On a deux millions de tonnes de poissons, on doit le manger. On doit le vendre aussi, nous, pas les Chinois, pas les Turcs. »

« Limiter les nouvelles licences » ?

C’est dans ce sens que la Gambie a pris des premières mesures, selon le directeur adjoint gambien des pêches, Momodou Sidibeh : « Nous n’avons que trois usines de farines de poisson en Gambie. Et aujourd’hui, le gouvernement a gelé les autorisations. Mais nous encourageons les autres acteurs de la région à limiter les nouvelles licences. »

Une réponse commune, pour des ressources communes. Sénégal, Mauritanie, Gambie, tous dans le même bateau.

Comment s’explique la prolifération des groupes extrémistes
au Burkina Faso? |The Conversation

 

Le Burkina Faso, qui avait échappé jusque-là à l’instabilité régionale causée parla chute du régime libyen en 2011, a vu sa résilience s’effriter progressivement par les soubresauts politiques connus par le pays à la suite de l’insurrection populaire de l’automne 2014. Depuis cette période, le Burkina Faso présente un environnement sécuritaire précaire, soumis à des périls divers. Depuis 2016, le pays est ainsi menacé par des groupes djihadistes venus du Mali et qui ont trouvé dans la région du Sahel burkinabé un terreau propice pour se développer.

 

Mahamoudou Savadogo, Université Gaston Berger

Progressivement, le djihadisme est devenu endogène, incarné par certaines figures burkinabés comme l’imam Malam Dicko. Si ces groupes djihadistes utilisent toujours le Mali comme base arrière, ils s’appuient de fait, en grande majorité, sur des citoyens du Burkina Faso.

Certains opéraient au Mali depuis 2012 dans les rangs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique et Ansar Dine à Tombouctou, ou dans les rangs du Mouvement pour l’unification et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) dans le Gourma et dans le cercle d’Ansongo. Ils ont réorienté leurs actions sur le Burkina Faso à partir de 2016. D’autres, nouvellement engagés dans la nébuleuse djihadiste, ont été recrutés sur la base de facteurs proprement locaux – qu’ils soient sociaux, religieux, économiques ou politiques.

Une forte expansion géographique

Si la région du Sahel reste un sanctuaire pour les groupes djihadistes évoluant au Burkina, ils n’ont eu de cesse de changer de stratégies en s’adaptant à l’évolution de la situation, et d’y étendre leurs attaques d’ouest en est en prenant le soin de faire à chaque fois la jonction entre les différentes zones : dans les régions du Nord et de la Boucle du Mouhoun depuis 2017, et jusqu’à la région de l’est du pays depuis le printemps 2018. Mais, depuis le début de l’année 2019, les régions qui concentrent les plus grands nombres d’attaques sont le centre-nord et le Sahel.

DR, Author provided

Leur zone d’action a changé et s’est donc énormément étendue, de façon progressive et méthodique. L’année 2019 semble être une phase de consolidation des zones occupées avec un forte pression et un harcèlement régulier et intense sur toutes les provinces du Sahel, et particulièrement celle autour de la région du centre-nord qui semble être désormais leurs cibles privilégiées.

Cet enchaînement bien orchestré et méthodique pourrait laisser croire qu’une stratégie bien élaborée a été mise et un agenda et/ou qu’un plan serait en train d’être déroulé sans encombre. Car la réponse des autorités paraît inadaptée devant un ennemi qui semble avoir chaque fois en avance et disposer d’une capacité d’anticipation sur les stratégies de mise en place par l’État.

Focalisation sur les zones rurales

Le mode de conquête des groupes terroristes semble être focalisé sur les zones rurales, là où l’absence de l’État est marquée, mais aussi paradoxalement par sa présence. Les populations délaissées par le pouvoir central se sont retrouvées face à des groupes extrémistes, ces derniers pouvant distiller leurs discours radicaux au sein des communautés d’autant plus facilement qu’aucune autorité n’était présente pour déconstruire leurs discours. Ce qui a permis d’accentuer davantage cette mauvaise perception que les populations ont de l’État.

À l’inverse, donc, sa présence a parfois contribué à faire basculer la population du côté des groupes extrémistes, celui-ci étant perçu dans certaines zones comme l’entité qui réduit les opportunités des populations rurales au profit des populations urbaines (vente des terres, des réserves, industrialisation du secteur minier aux dépens de l’exploitation artisanale). Une telle situation a été très bien exploitée par les groupes extrémistes pour s’implanter.

Carte du niveau de sécurité dans le Sahel (avril 2019). DR, Author provided

Ils ont ainsi créé des sanctuaires là ou l’État a produit de la violence. La particularité des groupes extrémistes au Burkina, c’est qu’ils ne s’installent pas dans les zones qu’ils ont conquises. Ils ont adopté un style de gouvernance à distance aidée par l’absence de l’État, en profitant de la faiblesse du maillage sécuritaire.

Un recrutement de plus en plus local

À l’origine, les combattants des groupes terroristes au Burkina étaient majoritairement exogènes et les recrutements se faisaient en dehors des frontières burkinabè. Les premières attaques sur la capitale Ouagadougou ont été revendiquées en janvier 2016 par Aqmi.

Depuis un certain temps, leur stratégie d’occupation du territoire ainsi que leur mode de recrutement ont changé, devenant de plus en plus local, principalement dans leurs bastions.

DR, Author provided

Pour augmenter le nombre de leurs adeptes, ils ont su exploité les désordres locaux, et sont passés maîtres dans l’art d’alimenter les tensions sociales, et d’attiser les conflits communautaires. Citons les drames de Yirgou et celui d’Arbinda dont ont les accuse d’être les instigateurs.

Mais il ne faut pas non plus perdre de vue que l’État et l’armée dans la lutte contre les groupes extrémistes ont utilisé des méthodes et adopté des attitudes qui ont fini par faire basculer ceux qui étaient encore résiliant zones. Les tensions communautaires et les exactions commises par les forces de défense et de sécurité drainent de nouveaux adeptes vers les groupes djihadistes/

Une cible prédéfinie et bien localisée

Les groupes terroristes au Burkina Faso se caractérisent par la nature de leurs cibles, lesquelles sont clairement identifiées et localisées : tout ce qui est symbole de l’État, les forces de défenses et de sécurité et les autorités coutumières. Ils constituent 75 % à 80 % des cibles de ces attaques.

Ce faisant, les terroristes s’assurent non seulement la sympathie d’une partie de la population, tout en s’érigeant en justiciers venant au secours du peuple opprimé par son propre État prétendument instrumentalisé par les puissances occidentales.

C’est, en tout cas, ce type de messages qu’ils véhiculent pour justifier le fait de s’en prendre aux symboles de l’État.

Qui sont ces groupes ?

Deux grands groupes sont clairement identifiés : le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’État islamique au Grand Sahara (EIGS). Autour d’eux gravitent des petits groupes plus ou moins structurés.Ils ne constituent pas un front uni mais forment une alliance de circonstance.


Read more: Comment s’expliquent les attaques contre la communauté chrétienne au Burkina Faso ?


Dans le nord du Burkina, le GSIM agit avec comme un mode opératoire bien défini : enlèvements, attaques contre les symboles de l’État et pose d’IED. Il est le chef de file de ces groupes dans la zone et autour de lui gravite Ansarul Islam (du moins, ce qui reste de ce groupe après le décès de Malam Dicko) et des groupuscules de trafiquants et criminels.

Ces petits groupes locaux mènent leurs activités criminelles sous la protection du GSIM et surtout avec son appui logistique et technique. En contrepartie, ils contribuent à déstabiliser la région par leurs attaques et les enlèvements.

À l’Est opère l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) qui mènent des attaques complexes et très violentes. Celui-ci est bien implanté dans le septentrion de la région de l’Est, à cheval entre le Niger et le Burkina. Il contrôle la presque totalité des sites d’or de la zone.

Le niveau de sécurité dans la région est. DR, Author provided

L’EIGS est aussi le chef de file des groupes terroristes alliés dans cette région, des groupes locaux qui se sont réparti les zones d’action dans la région de l’Est en fonction des objectifs ou des intérêts qu’ils poursuivent. L’EIGS leur apporte, lui aussi, une assistance technique et logistique et tente de coordonner leurs actions.

Quel pourrait être leur agenda ?

Au regard de leurs modes opératoires, de leurs cibles, et de la stratégie qu’ils mettent en place pour atteindre leurs objectifs, nous pouvons émettre plusieurs hypothèses quant à leur agenda :

  • Agenda militaire et géographique : ces groupes hétérogènes, bien structurés, se répartissent les tâches et les zones – ce qui les rend plus fluides et difficilement localisables. Cette stratégie leur permet de mettre à rude épreuve les armées régulières, puisqu’ils élargissent au maximum le front du combat.
  • Agenda économique : créer un couloir pour fluidifier et alimenter l’économie grise au sahel et dans le Sahara.
  • Agenda politique : exacerbation des tensions communautaires, harcèlement et déstabilisation de l’État.

Mais ces groupes terroristes ne sont pas les seuls à remettre en cause l’État et son autorité, il convient aussi de mentionner les groupes d’autodéfense.

Les groupes d’autodéfense : une boîte de Pandore

À l’est, au centre, sur le plateau central et dans la région du centre-nord, on peut mesurer l’influence grandissante des groupes d’autodéfense liée à l’affaiblissement de l’État. Cette situation a notamment permis la montée en puissance des koglweogos.

Leur attitude laisse à penser qu’ils concurrencent et même parfois remplacent l’État dans son rôle régalien d’assurer la sécurité des populations. Cet état de fait a eu, là encore, pour conséquence de faciliter l’installation des groupes terroristes dans certaines régions, tout en radicalisant d’autres groupes d’autodéfense locaux dont le niveau de violence augmente de manière inhabituelle. Un contrôle de tous ces groupes d’autodéfense s’impose urgemment afin de prévenir les conflits communautaires, alors que la campagne des législatives et de la présidentielle s’annonce.

Au regard de la dégradation continue de la situation sécuritaire, et après bientôt plus de quatre années de lutte et de réaction militaire face à une menace sans cesse mouvante, n’est-il pas temps de réadapter la lutte face à cette menace ? La lutte militaire est-elle un combat incompatible avec le dialogue ? Ou est-il possible d’agir en parallèle sur ces deux fronts ? Si l’option militaire est parfois nécessaire, elle ne suffira pas, à elle seule, à vaincre le terrorisme.

Mahamoudou Savadogo, Chercheur sur les questions de l’extrémisme violent, Université Gaston Berger

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.