Témoignages

 

 
Si cet email ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.


Tainika Somerville est aide-soignante depuis 20 ans. Chaque jour, elle se rendait au Bridgeview Medical Centre, dans l’Illinois, aux Etats-Unis, pour prendre soin des résidents.

À l’arrivée de la crise du Covid-19, elle s’est retrouvée en première ligne face au virus. Le 2 avril, elle a été licenciée, après avoir dénoncé le manque de matériel de protection qui mettait sa vie et celle de ses patients en danger.

Demain, le 22 septembre, une audience d’arbitrage décidera si Tainika peut récupérer son travail. Il est urgent de la soutenir !

JE SOUTIENS TAINIKA
Le cas de Tainika est loin d’être isolé. De nombreux membres du personnel de santé ont dénoncé leurs conditions de travail dangereuses et le manque de matériel de protection. Des inquiétudes légitimes : plus de 7000 soignants sont décédés du Covid-19 dans le monde.

Le personnel soignant, en première ligne du virus, doit être protégé et non pas menacé. Soyons solidaires avec les professionnels de santé !

Je vous remercie par avance pour votre soutien,
 Camille Dechambre
Chargée de campagne
"Protection des populations"
pour Amnesty International France 

Robert Nicolas, R.I.P.

Société des Missionnaires d’Afrique

Le Père Emmanuel Lengaigne, Délégué Provincial du secteur de France,
vous fait part du retour au Seigneur du Père

Robert Nicolas

le dimanche 20 septembre 2020 à Pau-Billère (France)
à l’âge de 91 ans dont 67 ans de vie missionnaire
au Mali et en France.

Prions pour lui et pour ceux qui lui étaient chers.

 

Jalons de vie du Père Robert Nicolas

Né à Paris XVI
le 26/11/1928
Année spirituelle Serment missionnaire Ordination sacerdotale
dans le diocèse de Bayonne 25/09/1949 29/06/1953 18/04/1954
 Nationalité : Français  Maison-Carrée (Algérie) Thibar (Tunisie) Carthage (Tunisie)
9/10/1954 Vicaire Kakoulou, Diocèse Kayes Mali
21/5/1956 Sagabari Mali
21/9/1963 Grande Retraite Villa Cavalletti Italia
29/1/1969 Vicaire Kassama, Diocèse Kayes Mali
1/1/1982 Vicaire Sagabari, Diocèse Kayes Mali
30/4/2000 Aumônier Religieuses Sagabari,D.Kayes Mali
1/12/2002 Vicaire Sagabari Mali
1/6/2010 Nommé PEP (PE 07/10) France
1/7/2010 Accueil Paris,Friant France
26/9/2013 Résidence Billère,Villa P.B. France
1/1/2014 Résidence Billère,M. Lavigerie France
20/9/2020 Retour auprès du Père Billère,M. Lavigerie France

Sorkine1
Michel Zanotti-Sorkine

Michel-Marie Zanotti-Sorkine est un prêtre catholique atypique ! Il porte la soutane pour être reconnaissable, il enregistre des CD, et il attire de larges publics et très divers.  Ses livres, vendus à des dizaines de milliers d'exemplaires, séduisent par ce qu'il confie de son parcours et les solutions parfois iconoclastes qu'il propose.

Michel-Marie Zanotti-Sorkine, né à Nice en 1959, tient son double nom d'un père corse et d'une mère russe. Avant de devenir prêtre, il a été pianiste de variétés et auteur-compositeur-interprète pendant près de dix ans. Il entre alors dans les ordres, dominicain puis franciscain, suit des études à Rome ; c'est pendant ces années qu'il rédige une émouvante prière pour les personnes atteintes par le sida, qui sera remarquée par Jean-Paul II et connaîtra une large diffusion. Il devient finalement prêtre à Marseille ; curé d'une paroisse sur la célèbre Canebière, il se fait connaître par son charisme qui attire de plus en plus de fidèles. En 2014, il rejoint le sanctuaire Notre-Dame du Laus, tout en menant une activité importante d'écrivain, de prédicateur et de conférencier. Il attache une énorme importance au contact humain et à la liturgie, il veille à être disponible pour chacun, y compris au café qu'il appelle son bureau. Dans ses livres ou lors de ses conférences qui peuvent rassembler des milliers de personnes, il secoue pas mal d'idées reçues et de procédures pour ramener ceux qui sont loin de Dieu et de l'Eglise. En plus d'une dizaines de livres, il a enregistré un CD avec le pianiste de Charles Trenet et le guitariste de Charles Aznavour. Mais lui ne vise qu'un seul but : attirer le plus possible d'hommes à Dieu.

(Pour retrouver tous ses ouvrages, cliquer sur le lien ci-desssous)

https://www.laprocure.com/biographies/Zanotti-Sorkine-Michel/0-141953.html

Yaya Diomandé, premier lauréat du prix «Voix d'Afriques»

Audio 29:00
Yaya Diomandé, premier lauréat du prix «Voix d'Afriques».

Yaya Diomandé, premier lauréat du prix «Voix d'Afriques».
 © RFI/Pierre René-Worms

Yaya Diomandé, né en 1990, vit à Abidjan. Après des études supérieures, il a travaillé comme traducteur-interprète avant de créer un journal en ligne Investissements+. Il est le premier lauréat du prix littéraire «Voix d'Afriques», créé par RFI et les éditions JC Lattès avec le soutien de la Cité Internationale des Arts de Paris pour son roman Abobo Marley.

                           Couverture du premier prix littéraire Voix d'Afriques.
                           
                           Couverture du premier prix littéraire Voix d'Afriques.
 © JC Lattès

"Moussa est « balanceur » sur un gbaka à Abidjan, une fourgonnette qui chaque jour fait la liaison entre la commune d’Abobo et le centre commercial d’Adjamé. Accroché à la portière, il sillonne la ville. Mais il ne voit presque rien de ce qui l’entoure. Ses rêves sont ailleurs. Il les porte depuis son enfance dans le quartier de Marley. Moussa veut aller à Bengue, en Europe. Peu importe le prix à payer, il veut partir, et que sa réussite là-bas profite aux siens ici. Il sera cireur de chaussures, apprenti mécanicien, chauffeur de taxi, soldat de la rébellion, chef de bande, avant de réunir assez d’argent et tenter l’aventure. Pour quelle vie ?" (Présentation des éditions JC Lattès)

Le Mali rend un dernier hommage
à l’ancien président Moussa Traoré


L'ancien président malien, Moussa Traoré, le 31 décembre 1985.

L'ancien président malien, Moussa Traoré, le 31 décembre 1985.
 FRANCOIS ROJON / AFP
Texte par :RFISuivre
3 mn

Les obsèques de l'ancien président du Mali qui s’est éteint mardi ont eu lieu ce vendredi. Moussa Traoré a dirigé le pays de 1968 à 1991.

Avec notre envoyée spéciale à Bamako,  Florence Morice

C’est Assimi Goïta, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a présidé cet hommage officiel organisé au sein du 34e régiment du génie militaire des forces armées maliennes. Assimi Goïta, toujours en tenue de camouflage et béret vert, n’a pas pris la parole. C’est le grand chancelier des Ordres nationaux qui a porté au micro ses condoléances.

Avant lui, un représentant de la famille, un ancien collaborateur de Moussa Traoré ont rendu hommage à l’ancien président avant de s’incliner devant son cercueil recouvert d’un drapeau malien et devant un parterre de personnalités. Un hommage officiel donc pour Moussa Traoré qui certes, avait été condamné à deux reprises à la peine de mort, mais finalement gracié en 2002, et qui depuis sa libération avait revêtu la figure du vieux sage que chacun venait consulter, y compris ses anciens ennemis.

ATT présent à la cérémonie

Parmi les anciens chefs d’État présents ce matin, on notait d’ailleurs la présence d’Amadou Toumani Touré, dit ATT. C’est d’ailleurs lui qui l’avait renversé par un coup d’État en 1991 : « L’histoire en a décidé ainsi, mais je ne pouvais pas ne pas être là et ne pas apporter mes condoléances à sa famille », a déclaré l’ancien président à quelques journalistes à l’issue de la cérémonie.

En ce jour d’hommage et de deuil en tout cas, ce n’est pas le climat répressif qui a marqué la fin de la présidence de Moussa Traoré dont les Bamakois se souviennent.

Ce n’est pas non plus l’image de l’autocrate qui s’est accroché à son parti unique, mais bien le souvenir d’un patriote qui est évoqué, un homme qui avait su préserver l’intégrité territoriale du Mali, dit-on, auteur d’une modernisation de l’agriculture et du système éducatif. C’est l’image de celui que Assimi Goïta, le président du CNSP, s’est empressé d’aller consulter au lendemain du coup d’État du mois d’août.

Sous-catégories

Les informations sur nos maisons de formation datent de quelques années, et nous avons demandé aux responsables de ces maisons de nous donner des nouvelles plus récentes.
La première réponse reçue vient de Samagan, le noviciat près de Bobo-Dioulasso (lire la suite)

 

La deuxième réponse nous a été donnée par la "Maison Lavigerie", notre maison de formation à la périphérie de Ouagadougou, où les candidats ont leurs trois premières années de formation (lire la suite)