Vu au Sud - Vu du Sud

Un jour, dans le magasin CORAM de Koudougou, une dame m’a demandé : "Mais, mon Père, comment est-il possible que le litre d’huile ait pu augmenter de 800 à 1200 francs en quelques mois ?"

Cet article fait suite à la lettre du 11 janvier 2008, intitulée " une étrange rencontre ", dans laquelle le Père Maurice OUdet concluait que le riz thaïlandais vendu à prix cassé sur le marché ouest-africain provenait de stocks destinés à l'alimentation des animaux. L'article ci-dessous, même s'il date un peu et provient du Cameroun, décrit une situation tout à fait comparable à celle de l'Afrique de l'Ouest d'aujourd'hui.

Nous sommes 176° sur 177 dans le classement du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) pour « l’indice de développement humain ». Scolarisation, alphabétisation, accès à l’énergie, aux communications, routes, accès à la santé et à l’eau, espérance de vie, mortalité infantile, accès à la nourriture…ils sont nombreux les critères évidents qui font de nous les derniers, les plus pauvres, ceux qui avancent le moins vite. On peut ressentir plein d’amertume, ou de honte à lire cela.

Pendant notre séjour en Thaïlande, à différentes reprises, nous avons pu constater que le riz thaïlandais était vendu plus cher dans les boutiques d'alimentation générale de ce pays que le riz thaïlandais vendu en sacs de 25 kg dans les boutiques du Burkina Faso, du Mali ou du Ghana. Comment cela est-il possible ?

A propos des APE, les ministres de la CEDEAO, au cours de leur réunion du 17 décembre 2007 à Ouagadougou, ont limité la casse. Ils ont tout fait, avec une certaine réussite, semble-t-il, pour recoller les morceaux. Nous revenons de loin !